Mauvaizesprit
Saint-Nazaire/Pointe-à-Pitre en porte-conteneurs Du 22 au 30 janvier 2011   Au     large,     la     mer     constitue     un     spectacle     perpétuellement changeant.   La   variation   des   nuances   de   bleu   selon   où   porte   le regard,   le   reflet   des   nuages,   les   grands   mouvements   de   la   houle, les   levers   et   couchers   de   soleil,   le   scintillement   des   reflets   de   la lune   sur   l’eau,   de   tout   cela   on   ne   se   lasse   pas   vraiment.   Passer huit   ou   dix   jours   sans   autre   contrainte   que   de   se   mettre   à   table à   midi   et   à   19   heures,   pouvoir   regarder   un   épisode   de   «      Mission Impossible      »   (pas   la   récente   et   cochonnée   resucée   australienne, ni   les   blockbusters   scientologiques,   la   vraie   de   vraie,   la   série   des   années   60)   sans avoir   la   mauvaise   conscience   née   de   l’impression   qu’on   ferait   mieux   d’arracher   les mauvaises   herbes   du   jardin,   cela   génère   un   fort   sentiment   de   liberté   dont   la   seule limite   est   qu’on   ne   peut   pas   y   mettre   fin,   puisque   les   choses   étant   ce   qu’elles   sont   et les   contraintes   de   la   marine   marchande   ce   que   nous   subodorons,   quand   c’est   parti, c’est parti jusqu’au bout. Je   me   décide   donc   à   réaliser   un   vieux   rêve,   tant   que   mon   âge   me   permet   encore   de m’éloigner   d’un   CHU   de   plus   d’une   demi-heure   d’ambulance.   Et   tant   que   je   ne   suis   pas en   retraite.   La   retraite,   comme   chacun   le   sait,   est   cette   période   bénie   de   l’existence où   on   a   enfin   la   possibilité   de   faire   ce   qu’on   n’a   pas   pu   faire   avant.   La   possibilité, certes,   mais   plus   l’envie      !   En   retraite,   on   se   lève   le   matin   sans   avoir   rien   à   faire,   et   on se couche le soir sans l'avoir fait  !       Ce   sera   sur   un   cargo   battant   pavillon   français   rapport   à   la   langue   (on   n’est   pas   au boulot,   que   diable      !),   partant   de   France   (pour   s’éviter   un   laborieux   aller-retour   Paris- Rotterdam),   en   janvier   (affectant   ainsi   de   croire   que   quand   on   affronte   l’Atlantique en   janvier,   on   ne   part   pas   vraiment   en   vacances,   d’où   moindre   mauvaise   conscience   vis- à-vis   de   quelqu’un   qui   m’est   cher),   et   en   direction   des   Antilles   (ce   qui,   il   faut   bien   le dire,   ruine   en   partie   le   point   d’argumentation   précédent).   Ce   sera   donc   un   Saint- Nazaire/Pointe-à-Pitre,   sur   le   porte-conteneurs   «      Fort   sainte   Marie      »,   départ   le dimanche 22 janvier. La   teneur   de   la   documentation   fournie   par   l’agence   de   voyages   n’est   pas   équivoque.   On vous   y   fait   clairement   comprendre   que   les   passagers,   même   s’ils   sont   les   bienvenus,   ne sont   pas   prioritaires   par   rapport   au   fret,   qu’en   matière   de   lieu   et   de   date   de   départ, de   lieu   et   de   date   d’arrivée   rien   n’est   garanti.   Voilà   qui   a   le   mérite   de   la   clarté.   En tout   état   de   cause,   on   est   prié   de   ne   pas   tomber   malade   rapport   à   l’absence   de médecin   à   bord,   fourniture   d’un   certificat   médical   détaillé   à   l’appui.   N’étant   pas tuberculeux,   n’ayant   pas   besoin   de   béquilles   pour   me   déplacer,   ne   présentant   pas   de désordres   mentaux   excédant   la   norme   communément   tolérée   (celle   des   politiques   et des   stars   du   showbiz),   je   passe   victorieusement   le   barrage.      Toutefois,   quelque   peu ébranlé   par   ce   formalisme,   je   vois   large   en   termes   de   pharmacie      :   antibiotiques   en cas   de   rage   de   dents,   trois   antalgiques   à   effet   croissant,   la   panoplie   des   pansements gastriques   et   autres   antiacides,   et   un   vieil   inhalateur   de   cortisone,   parce   que   ça   peut toujours   servir.   Pour   la   morphine   (en   cas   de   coliques   néphrétiques),   je   prends   le   pari que   la   pharmacie   du   bord   est   équipée.   Évidemment,   j’ai   particulièrement   soigné   le poste   consacré   au   mal   de   mer.   Parce   qu’avoir   envie   de   mourir   pendant   quatre   heures lors   d’une   sortie   en   voilier,   ça   va   encore,   mais   pendant   huit   jours,   c’est   beaucoup. Selon   un   humoriste,   il   y   a   deux   phases   dans   le   mal   de   mer      :   au   cours   de   la   première, on   croit   qu'on   va   mourir,   et   au   cours   de   la   seconde,   on   a   peur   de   ne   pas   mourir.   Je n’en   aurai   finalement   pas   besoin   de   ma   pharmacopée.   Et   puis   on   se   rassure   comme   on peut   en   se   disant   qu’en   cas   d’urgence   vitale   (genre   rupture   de   l’aorte   abdominale façon   De   Gaulle   en   novembre   70),   un   médecin   qui   n’aurait   que   sa   blouse   et   son   couteau n’aura   pas   les   moyens   de   vous   éviter   le   plongeon   dans   l’eau   glacée,   cousu   dans   un   drap même   pas   neuf,   Cf.   la   scène   finale   du   Père   Goriot.   Voila   pour   mon   état   d'esprit,   dont l'avantage   est   que   puisqu'il   n'anticipe   que   le   pire,   on   est   à   l'abri   des   mauvaises surprises. L’appareillage   étant   fixé   à   13   heures,   il   importe   d’arriver   la   veille.   Il   est   très   clair   que le   bateau   n’attendra   pas   et   que   je   ne   ferai   pas   jouer   l’assurance   annulation   sur   un retard   de   train.         L’hôtel   de   la   gare   n’aura   que   quatre   clients   cette   nuit-là.   Nous   ne découvrirons   qu’au   fil   des   conversations   ultérieures   qu’il   s’agit   des   quatre   passagers du   Fort   Sainte-Marie.   Un   peu   d’agitation   le   matin   pour   aller   en   vitesse   acheter   du   gel douche   (j’en   suis   toujours   à   imaginer   que   les   passagers   seront   confinés   dans   un grabat   humide,   avec   un   peu   d’eau   et   du   pain),   et   mon   taxi   me   prend.   Le   temps   de gaffer   («      C’est   une   Audi   A4      ?      »      «      Non,   A8,   caisse   aluminium,   6   cylindres,   240 chevaux      »,   «      Désolé      »,   «      Pas   grave      »),   nous   échangeons   quelques   considérations   sur la   courbe   d’amortissement   du   prix   des   voitures   d’occasion,   émargeons   au   poste   de garde   des   installations   portuaires,   et   me   voici   au   navire,   en   plein   chargement.   J’avise une   passerelle,   c’est-à-dire   une   espèce   d’escalier   qui   serait   tant   soit   peu   à   l’envers, l’arrivée    étant    sous    le    niveau    du    départ.    Ma    lourde    valise    et    moi-même    frôlons respectivement   l’ouverture   inopinée   au   dessus   de   l’eau   et   la   crise   de   périarthrite, mais   arrivons   finalement   à   bon   port,   non   sans   qu’à   force   de   faire   attention   où   je   mets les   pieds,   je   me   fende   à   moitié   le   crâne   sur   une   poutrelle   qui   sévissait         par   là.   Il   est écrit   sur   les   papiers   que   le   navire   est   un   lieu   de   travail   par   nature   dangereux,   ce   que j’aurai constaté dès mon arrivée. La vie est bien faite. Une   sympathique   jeune   femme   m’accueille.   Je   pense   qu’elle   se   situe   dans   les   hautes sphères,   à   cause   de   la   blancheur   de   sa   chemise.   Elle   me   présente   à   un   non   moins sympathique   jeune   homme,   que   j’ai   du   mal   à   positionner   par   rapport   à   elle,   tant blancheurs   de   chemise   sont   identiques.   En   tous   cas,   il   me   prend   ma   décharge   de responsabilité,   et   ma   carte   d’identité.   Comme   il   ne   fait   pas   mine   de   me   la   rendre,   je conclus    à    la    confiscation.    Je    m’en    doutais,    c’est    pour    ça    que    j’ai    pris    aussi    mon passeport. Comme ça, je m’échappe quand je veux. Futé, non  ? Après   la   photo   anthropométrique,   William   se   présente   comme   le   garçon   de   cabine. J’ignorais   qu’une   personne   était   attachée   aux   passagers.   Il   veillera   à   notre   confort tout   au   long   du   voyage,   avec   une   souriante   efficacité.   La   cabine   est   bien   au-delà   de mes    espérances        :    grande,    avec    salle    d’eau,    frigo,    lit confortable,     canapé,     bureau     et nombreux     placards. Évidemment,   ce   n’est   pas   une   suite   de   1ere   classe   de   feu   «     Normandie      »(«      feu      »      :   c'est   le   cas   de   le   dire...)   et   on subodore    qu’un    designer    chinois    formé    en    U.R.S.S    a    présider   au   choix   des   matériaux   et   des   couleurs,   mais   ça   ira parfaitement.    En    prime,    un    hublot    avec    vue    sur    mer. Heureusement,   le   bateau   n’est   pas   trop   chargé,   l’empilage des   conteneurs   n’ira   pas   jusqu’à   me   boucher   complètement la    vue,    comme    ç’aurait    pu    être    le    cas.    Le    confort    est d’autant   plus   apprécié   que   -contrairement   à   ce   qui   se   passe sur   un   bateau   de   croisière-   je   ne   paie   pas   le   double   du   prix en   occupant   seul   une   cabine   de   deux   personnes      !   En   prime,   les   passagers   disposent d’un   grand   salon,   avec   canapé,   tables   de   jeux,   hi-fi   et   vidéo.   Et,   last   but   not   least,   une machine à café. Je   déballe   ma   valise.   Dont   la   saison   4   de   «      Mission   Impossible      »   susnommée   (1259 minutes),   les   saisons   3   &   4   des   «      Tudors      »   (8h14   et   6h20   respectivement),   les   4 tomes   de   l’      «      Histoire   du   futur      »   de   Heinlein,   et   pour   le   cas   où   on   arriverait   au   bout de   tout   ça,   un   tome   de   Balzac   en   Pléïade   et   un   rien   de   Braudel.   Plus   une   bricole   de Sartre,   qui   m’a   enfin   permis   d’appréhender   que   la   problématique   existentialiste   ne   se résolvait   pas,   comme   je   le   croyais   jusqu’alors,   à   la   question      :   «      Est-ce   que   l’existence précède   l’essence,   ou   bien   est-ce   que   l’essence   va   encore   augmenter      ?      »   Bon,   tout   ça, c’est   pour   la   galerie.      In   partibus ,   j’ai   en   tête   d’aller   voir   s’il   n’y   aurait   pas   des   SAS dans la bibliothèque du bord.         Je    passe    un    moment            à    m’émerveiller    du    ballet    des portiques   de   manutention   qui   positionnent   avec   une   précision diabolique   et   une   vitesse   impressionnante   les   conteneurs   les uns   sur   les   autres.   J’apprendrai   un   peu   plus   tard   que   le   «     Fort   sainte   Marie      »,   avec   ses   200   mètres   de   long,   peut transporter   2200   conteneurs.   C’est   un      «      petit      »   porte- conteneurs        :    le    «        Christophe    Colomb        »,    fleuron    de    la Compagnie (CMA CGM) en porte 14000, presque 7 fois plus. C’est    l’heure    de    déjeuner.    Rendez-vous    dans    le    mess    des officiers,    où    les    passagers    ont    leur    table.    Je    fais    la connaissance   d’Annie,   ainsi   que   de   Pierre   et   Bernadette.   Des gens   qui   se   révéleront   de   parfaits   compagnons   de   voyage      ;   souriants,   intéressants   et discrets.   (Des   gens   comme   vous   et   moi.   Enfin,   disons   surtout   comme   vous).   Ce   n’est   au demeurant   pas   étonnant.         En   gros,   nous   sommes   tous   venus   chercher   les   mêmes choses,    et    opérons    en    particulier    le    même    type    de    distanciation    vis-à-vis,    par exemple,   des   vacances   en   camping   à   la   Grande   Motte,   soit   dit   dans   le   plus   grand respect des personnes qui les préfèrent. D’un    strict    point    de    vue    diabéto-cardio-circulatoire,    l’énoncé    de    la    carte    paraît quelque   peu   préoccupant,   compte   tenu   du   peu   d’exercice   auquel   nous   nos   adonnerons   : salade   de   Saint-Jacques,   cuisses   de   grenouille   provençale,   magret   de   canard   au   poivre vert,   gâteau   à   l’orange   sauce   anglaise.   En   termes   gustatifs,   c’était   parfait   et   nous n’aurons   qu’à   nous   féliciter   de   l’excellence   et   de   la   variété   des   plats.   William   nous avait   glissé   à   l’oreille      :      «      cette   semaine,   vous   avez   de   la   chance…      !      »,   rapport   au Chef en fonctions. Bien   sûr,   vin   à   discrétion,   c'est-à-dire   éventuellement   jusqu’à   l’indiscrétion.   Il   en   va de   l’alcool   comme   de   l’argent      :   ce   n’est   pas   parce   qu’on   dépense   peu   qu’on   n’aime   pas avoir   des   sous   sur   son   compte   épargne.   Ce   n’est   pas   parce   qu’on   boit   peu   qu’on   n’aime pas   avoir   son   bar   plein.   Bref,   je   redoutais   de   subir   ce   qu’une   amie   géomagnéticienne   a subi   sur   un   navire   d’exploration   américain      :   prohibition   totale   pendant   trois   semaines. A   la   fin,   les   jeunes   chercheurs   se   sont   pratiquement   jetés   à   l’eau   pour   rejoindre   au plus   vite   le   bistrot   du   port,   dont   ils   n’ont   laissé   que   des   ruines   à   côté   desquelles   le Beyrouth   de   la   grande   époque   ressemble   aux   jardins   de   Vaux   le   Vicomte.   Notre culture   nationale   a   pour   une   fois   du   bon,   et   dans   son   immense   sagesse   le   règlement intérieur    du    navire    précise    que    «        la    distribution    d’alcool    est    placée    sous    la responsabilité   du   commandant,   dans   le   cadre   d’un   respect   absolu   des   contraintes   de sécurité      ».   Voilà   qui   nous   change   intelligemment   de   l’hypocrisie   habituelle   dans   ce domaine. Aussitôt   après   le   déjeuner,   nous   montons   à   la   passerelle   pour les   manœuvres   d’appareillage.   Nous   y   aurons   librement   accès tout   au   long   du   voyage,   ce   qui   se   révélera   source   d’échanges fructueux   avec   les   officiers   de   quart.   La   manœuvre   est   lente, mais    précise.    J’imagine    qu’elle    laisse    peu    de    marges    de manœuvre,   au   vu   de   la   faible   largeur   du   chenal   (nous   sommes   en Loire)   et   de   la   force   du   courant   de   marée.   Le   navire   effectue un   majestueux   demi-tour   et   entame   la   traversée.   Quand   on   se réfère   à   ses   propres   cafouillages   pour   faire   un   poussif   demi- tour   avec   une   Pénichette   de   dix   mètres   dans   un   canal   sans courant,   on   salue.         Pas   le   moment,   je   suppose,   de   se   manifester pour   dire qu’on a oublié sa brosse à dents électrique à l’hôtel. Nous   longeons   les   cales   des   Chantiers   de   l’Atlantique.   Deux   paquebots   sont   en   cours de   finition.   Si   l’un   d’eux   est   destiné   au   croisiériste   Costa,   il   serait   judicieux   d’ajouter dès   à   présent   une   troisième,   voire   une   quatrième   coque   à   ses   œuvres   vives.   Le passage   sous   le   pont   de   Saint-Nazaire   est   particulièrement   impressionnant.   Nous passons   la   pointe   de   Chemoulin,   et   c’est   la   fin   du   chenal   balisé.   Ultime   manœuvre,   la pilotine   ancrée   là   envoie   un   Zodiac   prendre   le   pilote   à   l’échelle   de   coupée.   Joli   numéro de trapèze volant  ! Il a bien gagné ses 5k€  ! Le   commandant   met   le   cap   direct   sur   les   Açores.   Route   orthodromique   jusque-là, loxodromique   au-delà,   à   moins   que   ce   ne   soit   l’inverse.   La   philosophie   sous-jacente,   à ce   que   j’ai   compris,   est   que   si   on   tend   une   ficelle   entre   deux   points   sur   une   feuille   de carton   et   qu’on   incurve   ladite   feuille   sur   une   sphère   (pure   expérience   de   pensée      !),   la ficelle   se   met   à   pendouiller   et   peut   être   raccourcie.   La   route   est   en   permanence tracée   sur   une   carte.   Les   cartes   régionales   de   pleine   mer   sont   toutes   blanches,   ce   qui m’a   évidemment   donné   l’occasion   de   fulminer   quelques   imprécations   à   l’intention   des instituts   géographiques   qui   vous   vendent   du   papier   blanc   au   prix   d’un   original   de Dürer.   Renseignements   pris,   ce   sont   des   cartes   «      génériques      »   valant   pour   une   plage de latitudes  donnée, sur lesquelles on marque les longitudes au crayon  ! Dans   l’immédiat,   les   passagers   se   limitent   aux   mouvements   dans   les   seules   parties qu’ils   ont   explorées   dans   les   7   étages   du   «      château      »   (l’endroit   où   il   n’y   a   pas   de conteneurs)      :   le   mess,   la   passerelle   et   leur   cabine.   La   côte   s’éloigne,         nous   rentrons dans   le   cycle   des   habitudes   qui   seront   les   nôtres   ces   huit   prochains   jours      :   lecture, séjours   à   la   passerelle,   vidéo,   observation   des   couchers   de   soleil,   café,   repas,   sieste, lecture, repas sommeil…Sans, de l’avis unanime, jamais connaître un moment d’ennui. La    première    nuit    n’a    pas    été    absolument    de    tout    repos.    Il    faut    s’habituer    au ronronnement   permanent   du   moteur,   même   s’il   n’est   pas   très   fort,   à   la   climatisation, au   roulis.   Celui-ci   est   très   lent,   compte   tenu   des   40000   tonnes   du   bateau,   bien   chargé dans   les   hauts.   Nous   nous   y   habituerons.   Le   temps   était   assez   mauvais   le   mardi, troisième   jour,   parfaitement   calme   vendredi   et   le   samedi,   à   peine   houleux   les   autres jours.            Une    traversée    facile,    donc,    sans    rapport    avec    celles    des    semaines précédentes.   Le   changement   d’heure   se   fait         beaucoup   plus   progressivement   que   lors d’un   voyage   en   avion      :   on   retarde   cinq   fois   les   montres   d’une   heure,   d’où   le   plaisir réitéré   de   dormir   une   heure   de   plus   deux   nuits   sur   trois      !   D’où,   par   exemple,   l’intérêt d’effectuer   un   tour   du   monde   dans   le   même   sens   que   Magellan,   grand   amateur   de grasses matinées devant l’éternel, comme chacun le sait. Rendez-vous   à   10   heures   à   la   passerelle,   pour   un   briefing   sécurité.   Celui-ci   consiste essentiellement   à   voir   le   lieutenant   (Valérie)   se   contorsionner   pour   rentrer   dans   une combinaison   en   mousse   orange   la   faisant   irrépressiblement   ressembler-   en   plus   mince -   au   personnage   de   Casimir,   au   moins   pour   ceux   qui   étaient   devant   leur   télévision l’après-midi   entre   1975   et   1982.   Il   semble   au   vu   de   la   démonstration   qu’on   coure beaucoup   moins   de   danger   à   flotter   six   heures   dans   l’eau   glacée   avant   hélitreuillage qu’à   enlever   la   combinaison   une   fois   secouru      :   la   simple   tentative   de   sortir   la   tête   de la    cagoule    par    l’intérieur    de    la    combinaison    conduit    apparemment    tout    droit    à l’asphyxie      !   A   part   ça,   rappel   de   quelques   règles      simples      :   prévenir   la   passerelle quand   on   fait   le   tour   du   pont   (en   fait,   environ   1m50   tout   autour   du   bateau,   entre   la rambarde   et   les   conteneurs),   et   prévenir   au   retour,   tenir   les   rampes   à   deux   mains dans   les   escaliers,   ne   pas   se   trouver   dans   le   champ   de   vision   du   Commandant   lors   des manœuvres.   J’apprendrai   plus   tard   et   à   posteriori   (c'est-à-dire   trop   tard      !)   que   la fréquentation   du   toit   de   la   passerelle   n’est   pas   non   plus   recommandée   rapport   aux micro-ondes massivement émises par les radars. Au   milieu   de   l’exposé,   un   cri   retentit      :   «      des   dauphins      !      ».   Et   nos   quatre   passagers de   s’égayer   vers   le   bastingage   comme   un   groupe   d’enfants   qui   voient   passer   un   camion de   pompiers   devant   la   cour   de   la   maternelle.   Nous   en   verrons   à   plusieurs   reprises.   Il faudra attendre d’être beaucoup plus au sud pour apercevoir des poissons volants. Après    la    sécurité,    visite    du    «        château        ».    Nous    repérons,    outre    ce    que    nous connaissons   déjà,   la   vidéothèque,   la   bibliothèque,   la   salle   de   gym   (essentiellement   un vélo d’appartement). Ceci réparti sur les ponts A,B,C,D,E,F. Les   quatre   porte-conteneurs   identiques   de   la   CMA-CGM   (dont   le   Fort   Sainte-Marie) jouent   un   rôle   majeur   dans   l’économie   des   Antilles.   Tout   ou   presque   est   importé   de métropole,   et   arrive   dans   des   conteneurs   de   tous   types,   dont   les   réfrigérés   blancs pour   les   surgelés   et   produits   frais.   Quatre   groupes   électrogènes   de   2200   chevaux fournissent   l’électricité   nécessaire.   Un   membre   de   l’équipage   a   connu   une   traversée avec   le   Cirque   Pinder,   ses   lions   et   ses   éléphants   dans des   conteneurs   à   barreaux   (avec   le   soigneur   dédié sur   place).   Une   autre   fois,   c’était   un   conteneur   de billets      expédié      par      la      Banque      de      France. Reconnaissable    au    comité    d’accueil    à    l’arrivée.    Le retour   s’effectue   le   plus   souvent   avec   pas   mal   de conteneurs   vides,   des   conteneurs         pleins   de   bananes (à   13°)   et   des   conteneurs-citernes   de   rhum   (30000 litres        !).    Toutes    les    manutentions    s’effectuent    à l’aide   des   portiques   de   chargement   des   installations portuaires.   Les   trois   énormes   grues   de   45   tonnes   du bord      servent      rarement,      et      jamais      pour      la manutention   des   conteneurs   («      on   casserait   tout      !     »).   Elles   sont   là   principalement   en   vue   d’augmenter   la   valeur   à   la   revente   du   navire,   à des   compagnies   desservant   des   destinations   portuairement   moins   bien   équipées   que celles de la métropole et des Antilles. L’agencement   de   tout   çà   sur   le   bateau   est   le   fruit   d’une   logistique   très   raffinée.   Les lourds   rouleaux   d’acier   laminé   sont   tout   au   fond.   La   vie   est   bien   faite,   parce   qu’ils sont   chargés   à   Dunkerque,   au   tout   début   de   la   rotation.   Ensuite,   il   faut   équilibrer   le chargement      :   le   lourd   dans   les   fonds,   autant   de   poids   à   bâbord   qu’à   tribord,   le   milieu du   chargement   assez   chargé   pour   que   la   coque   ne   ploie   pas   sous   la   surcharge   de   la machine   et   du   château   à   l’arrière,   des   ancres   et   de   leur   chaîne   à   l’avant,   ce   qui   brûle ou   qui   explose   en   haut   et   non   pas   en   fond   de   cale   (deux   des   quatre   navires   de   la   ligne peuvent   transporter   de   la   dynamite).   Naturellement,   il   vaut   mieux      ne   pas   poser   en fond   de   cale   ce   qui   sera   déchargé   en   premier.   Le   tout   est   facilité   par   un   système   de ballasts   plus   ou   moins   remplis   d’eau,   permettant   également   de   maintenir   le   bateau parfaitement    horizontal    lors    du    chargement    (faute    de    quoi            les    conteneurs pourraient   se   coincer   dans   leurs   rails   de   guidage   lors   de   leur   descente   en   cale).   Et qu’on   ne   croie   pas   qu’une   coque   en   acier   de   trente   mètres   de   large   soit   indéformable     :   il   paraît         que   lorsque   la   mer   est   forte,   les   coursives   intérieures   rectilignes   sur   150 mètres   sont   animées   d’une   vie   propre   assez   serpentine,   pour   cause   de   torsion   et   à   de flexion du navire. Un   moment   très   attendu   est   la   visite   de   la   machine,   le jeudi.    Distribution    générale    de    bouchons    auditifs,    puis descente    en    salle    des    machines,    dont    les    dimensions évoquent   un   gymnase   de   bonne   taille.   L’énorme   diesel   deux temps   huit   cylindres   trône   au   milieu,   sur   trois   étages.   Il   est directement   relié   à   l’hélice,   sans   inverseur,   sans   réducteur, sans   même   quelque   chose   qui   ressemble   à   un   embrayage. Vitesse   de   rotation      ?   Entre   25   et   90   tours   par   minute      ! Quand   on   sait   que   le   simple   ralenti   de   nos   voitures   est   de 800   tours   par   minute      !   Le   tout   fait   quelque   chose   comme du    5000    litres    aux    100    kms.    Chaque    explosion    dans    un cylindre   consomme,   d'après   mes   calculs,   l’équivalent   d’une canette   de   25   cl   de   carburant      !   Il   est   vrai   que   ramené   au conteneur unitaire, on est largement sous les 3 litres aux cents. Ce   qui   surprend,   c’est   le   nombre   de   systèmes   auxiliaires   qui   doivent   fonctionner   en salle   des   machines      :   la   chaudière   pour   réchauffer   le   fioul   lourd   (à   froid,   c’est presque    du    goudron),    les    batteries    de    filtres,    les    deux    turbocompresseurs,    la production   d’air   comprimé   pour   lancer   le   moteur,   le   bouilleur   pour   produire   l’eau   douce du   bord,   les   pompes   à   lubrifiant,   et   j’en   oublie…Le   chef   mécanicien   semble   bien   s’en sortir   avec   l’aide   de   ses   deux   officiers   (Anaïs   et   Virginie)   que   nous   avons   pu   voir   les mains   dans   le   cambouis,   au   sens   le   plus   extrême   du   terme…Le   plus   étonnant   est   que tout   cela   paraît   très   propre,   tout   comme   le   pont,   d’ailleurs…Les   marins   mettent   un point   d’honneur   à   maintenir   un   haut   niveau   de   propreté   et   de   rangement      :   rien   ne traîne… Un   autre   moment   très   agréable   est   le   barbecue,   l’avant-veille   de   l’arrivée   au   soir.   Les brochettes    de    Saint-Jacques    étaient    sublimes,    l’omelette norvégienne    grandiose        !    Tout    l’équipage    est    là,    et    les passagers   sont   l’objet   de   l’attention   de   tous,   notamment   en vue   de   s’assurer   que   nous   ne   nous   ennuyons   pas,   et   que   tout   se passe   bien.   Ce   que   nous   confirmons   énergiquement.   Je   pensais avant   le   départ   que   nous,   passagers   serions   considérés   par l’équipage    avec    une    indifférence    polie,    il    n’en    a    rien    été. Sourires,            poignées    de    mains    chaleureuses    et    petites discussions   à   chaque   rencontre,   tout   au   long   du   voyage.   Je m’en   serais   voulu   de   ne   pas   faire   une   fois   de   plus   la   preuve   de mon   humour   délicat   et   raffiné,   en   lançant   à   la   cantonade      :   «     Commandant,    j’ai    la    liste    des    communistes    et    des    francs- maçons   de   l’équipage   que   vous   m’avez   demandé   d’établir.      ».   Il réagit bien  : «  J’en vire combien  ?  »  Petit   à   petit,   le   voyage   tire   à   sa   fin.   L’alizé   est   bien   installé,   d’où   quasi-absence   de vent   apparent   les   derniers   jours,   ni   d’ailleurs   de   mouvements   du bateau.   Dernier   repas,   dernière   nuit,   dernier   petit   déjeuner,   et nous   longeons   la   Désirade,   puis   la   Pointe   des   Châteaux,   Saint François,    Sainte    Anne,    et    l’anse    de    Ponte-à-pitre,    dans    une apothéose   de   lumière   qui   a   son   origine   dans   les   fonds   sableux. Le   pilote   embarque,   avec   deux   élèves   de   troisième   en   stage d’observation.   Petits   veinards      !   Une   demi-heure   de   stand-by,   le temps     qu’un     bateau     sorte     du     port,     et     les     manœuvres s’enchaînent   avec   précision   et   efficacité.   Il   y   a   des   bancs   de sable   affleurant   tout   partout,   mieux   vaut   ne   pas   se   rater      ! L’accostage    se    fait    avec    une    grande    douceur,    nous    sommes arrivés      !   Trois   des   passagers   resteront   à   bord   une   nuit   de   plus, pour   assister   aux   opérations   de   manutention.   Départ         du   navire le   lendemain   vers   Fort-de-France,   trois   jours   sur   place,   retour   à   Pointe-à-Pitre,   puis voyage de retour en direction de Dunkerque. Pour   ma   part,   c’est   terminé.   Un   magnifique   voyage,   en   comparaison   duquel   le   retour   en avion   me   donnera   l’impression   d’une   téléportation   façon   capitaine   Kirk.   C’était   une   des choses   que   je   voulais   avoir   vécues   avant   de   mourir   (toutefois   le   plus   tard   possible, merci   par   avance).   En   tous   cas,   j’ai   glané   une   expérience   qui   pourra   être   utilement restituée lors des dîners en ville. Il ne me reste plus qu’à trouver à dîner en ville.                                    Patrice MICOLON