Mauvaizesprit
Flèche Paris-Strasbourg (suivie de divers...)   du 7 au 14 août 2010                                                                                                                                                                                            1er jour: Paris-Arcis sur Aube (135 kms) Le   temps   est   idéal   pour   démarrer   une   flèche,   ce   samedi   7   août   au   matin:   clair,   pas   trop   ensoleillé   et doux.   Selon   un   rituel   maintenant   rodé,   un   sac   boudinoïde   étanche   est   fixé   sous   le   siège,   évidemment   du côté   où   il   n’y   a   pas   la   chaîne.   On   n’a   pas   vérifié   (mais   on   le   fera   les   jours   suivants)   que   les   sangles passent   entre   le   cadre   et   ladite   chaîne,   et   non   pas   au   dessus   d’icelle.   On   a   eu   tort.   Pour   anticiper,   cela   se traduira   par   un   tronçonnage   net   et   sans   bavure   de   la   sangle   avant   même la   sortie   de   la   banlieue,   et   par   une   réparation   prenant   la   forme   d’un   bête nœud plat. L’écume des jours, quoi! Un   coup   de   train   et   de   RER   pour   me   rendre   au   Pied   de   cochon,   un   café   et c’est   parti.   Rien   à   dire   sur   la   traversée   de   la   banlieue,   si   ce   n’est   qu’à Boissy   je   m’entête   à   vouloir   suivre   mon   intuition   contre   l’avis,   en   général bien    documenté,    du    GPS.    Se    succèdent    donc    une    route    à    peu    près normale,   puis   quelque   chose   qui   ressemble   à   une   vague   rue,   puis   une sorte   d’impasse   où   des   motards   ont   installé   un   gymkana   avec   des   canettes de   bière,   puis   un   chemin   étroit   et   pavé,   puis   le   même   empierré,   puis   le même   en   herbe,   puis   un   champ   de   maïs   (récemment   coupé)   Je   rejoins   tout de   même   la   départementale   au   jugé.   Je   crois   que   c’est   la   première   fois   que   je   vais   à   travers   champs   en région   parisienne. Arrive   Villeneuve   le   Comte,   pointage. Avec   un   vent   favorable,   la   vitesse   se   maintient   à un   petit   26-28.   Certes,   au   fil   des   jours   le   tonus   diminuera   quelque   peu,   jusqu’à   l’humiliation   finale   à   Paris, entre   la   gare   de   l’Est   et   Saint   Lazare:   doublé   par   un   vélib.   Mais   n’anticipons   pas.   J’admire   sous   un magnifique   ciel   de   traîne   les   paysages   de   la   Brie,   pas   toujours   appréciés   à   leur   juste   valeur:   grandes étendues,   bois,   petits   villages...   Déjeuner   à   Courgivaux.   Arrêté   assez   tôt   pour   être   le   premier   assis   -   et donc   servi.   Le   restaurant   est   au   bas   d’une   côte   (avec   un   établissement   tous   les   trente   kilomètres,   on   ne fait   pas   la   fine   bouche...),   je   réussis   à   redémarrer   sans   me   donner   en   spectacle   aux   gens   en   terrasse (c’est   à   dire   sans   choir   ridiculement   ni   gésir   au   sol   incongrûment),   mais   bon   sang,   quel   incroyable   effort de   volonté   il   m’a   fallu   -   non   pour   démarrer   en   côte   -   mais   pour   le   faire   en   prenant   cet   air   dégagé,   serein et détaché de tout du type qui affecte de montrer qu’il ne s’est pas rendu compte que ça monte velu... Petite   pause   après   quelques   kilomètres,   pour   me   remettre   de   tout   ça.   Je   me   pose   sur   une   borne. Maintenant   en   effet,   je   ne   m’allonge   plus   pour   faire   une   petite   sieste   comme   il   y   a   trente   ans.   Parce   que maintenant,   et   contrairement   à   ce   qui   se   passait   à   l’époque,      deux   voitures   sur   trois   s’arrêtent:   “Ca   va? Vous   vous   sentez   bien?   Vous   voulez   qu’on   vous   dépose   quelque   part?”   Gentil,   mais   agaçant,   parce   que ça   renvoie   à   sa   propre   finitude   créaturelle.   Pas   plus   tard   que   ce   printemps,   je   me   reposais   quelques instants   allongé   sur   le   siège   du   VK2   après   une   côte   assez   ardue   en   me   demandant   si   la   rupture   de l’aorte   abdominale   précéderait   l’avc   ou   lui   succèderait   (bref,   les   questions   de   routine),   un   anglais   m’a littéralement   bloqué   avec   sa   voiture,   paraissant   penser   que   dans   mon   état   il   convenait   de   ne   pas   me laisser   repartir.   Je   ne   me   suis   dépêtré   de   sa   sollicitude   (au   demeurant   sympathique)   qu’au   bout   de   dix minutes, en acceptant une bouteille d’eau dont je disposais par ailleurs en abondance. Changement   radical   de   paysage   à   l’occasion   de   la   descente   en   Seine.   Sur   le   coteau,   les   vignes   de Champagne.   En   contrebas,   l’immense   perspective   de   la   vallée. Très   impressionnant,   surtout   lorsqu’on   ne s’y    attend    pas.    Pointage    à   Anglure,    et    peu    après    c’est    l’arrivée    à   Arcis    sur    aube,    terme    des    135 kilomètres   prévus   aujourd’hui.   Arrivée   précoce,   à   16h30.   C’est   une   bonne   heure   et   demie   de   mieux   que ce   dont   j’ai   l’habitude   en   vélo   droit.   Je   discute   un   peu   avec   le   patron   de   l’hôtel,   dont   les   affaires   vont   bien, parce   dans   un   rayon   de   20   kilomètres,   il   y   a   son   hôtel   de   8   chambres   et   les   5   chambres   de   l’hôtel   voisin. Et   en   ce   moment,   ce   qui   marche,   ce   sont   les   installations   d’éoliennes   avec   des   équipes   de   3   ou   4 techniciens installés à demeure plusieurs mois d’affilée. Il   me   conseille   de   dîner   “chez Anzi”.   Le   couscous   d’Anzi   est   redoutable,   parce   que   délicieux.   Donc   on   le finit   jusqu’au   dernier   grain   de   semoule.   Mais   quand   on   voit   son   profil   dans   les   devantures   des   vitrines   en rentrant... Dimanche 8 août: 2e étape: Arcis sur aube - Autreville (145 kms) Je   récupère   d’un   retard   de   sommeil.   Je   descends   à   8h30,   alors   que   j’avais   dû   insister   la   veille   auprès   du patron   pour   un   petit   déjeuner   à   8   heures   (Il   s’était   fait   un   peu   prier   pour   cause   de   mariage   le   soir   même). Hypocritement,   je   fais   semblant   de   rien.   Je   longe   l’Aube   pour   démarrer,   le temps   est   clair,   doux,   et   le   vent   favorable.   Que   demander   de   mieux?   La route   finit   tout   de   même   par   s’écarter   de   la   vallée,   les   côtes   se   font   de   plus en   plus   sentir.   Un   coup   d'œil   à   l’église   de   Boissy   le   franc,   entièrement construite   en   bois.   C’est   rapidement   Montier   en   der,   ci-devant   BPF   et   lieu     de   pique-nique   (dans   un   jardin   public   parce   que   c’est   joli,   sur   un   banc, parce   que   c'est   bien   pour   mes   reins,   à   l’ombre   parce   que   le   soleil,   ça chauffe   et   ça   donne   le   mélanome,   pas   loin   de   l’épicerie   parce   qu’il   n’y   a plus   beaucoup   de   place   dans   la   pointe   arrière   du   VK2   pour   promener   le repas,   et   pas   loin   d’une   poubelle   parce   qu’il   y   en   a   marre   de   retrouver dans   ses   bagages   des   vieux   trognons   de   deux   jours   dont   on   ne   s’est   pas débarrassé   tout   de   suite,   qu’on   a   évidemment   oubliés   et   dont   on   ne   détecte   la   présence   qu'à   cause   de   la vague   odeur   de   calva).   Je   n’ai   pas   donné   dans   le   piège   classique:   repartir   en   oubliant   de   pointer.   Même après   vingt   ans,   je   reste   traumatisé   de   m’être   aperçu   à   Saint   Père   sous   Vezelay   que   je   n’avais   pas tamponné   mon   BPF   là   haut   à   Sancerre.   Rebelote   la   côte.   Ce   genre   de   truc   vous   marque   à   vie.   Depuis,   je reste vigilant. Quelques   kilomètres   plus   loin,   pointage   à   Wassy,   au   titre   de   la   flèche.   Il   faudrait   une   étude   historique pour   déterminer   si   les   contrôles   des   flèches   ont   été   mis   exprès   à   côté   des   sites   BPF   au   titre   des   relations traditionnellement,   disons   pas   au   top   entre   l’ACP   et   la   FFCT,   ou   bien   si   les   flèches   datent   d’avant   le   BPF. En   attendant,   c’est   le   cyclo   qui   trinque,   au   sens   étroit   du   terme   d’ailleurs,   puisque   la   randonnée   finit   par ressembler par certains côtés à une tournée des bistrots. Changement   de   relief   et   de   paysages   après   Chevillon.   Finies   les   grandes   plaines,   les   bois   et   bosquets font   leur   apparition.   Le   GPS   me   guide   toujours   de   manière   fiable.   Passage   à   Bure,   un   microscopique village   dont   la   taille   n’est   pas   en   rapport   avec   sa   notoriété   dans   les   milieux   écologico-nucléaires.   La   route passe   devant   le   Laboratoire   de   l’ANDRA   dédié   à   l’étude   des   sites   de   stockage   profond.   Une   belle   côte   à deux   chevrons   après   Maxey   donne   au   VK2   l’occasion   de   s’exprimer,   non   par   sa   vitesse,   mais   par   des craquements   de   carbone   au   niveau   des   bases   arrière.   Je   décide   de   mépriser,   fidèlement   à   ma   devise   qui concerne   également   l’électroménager:   on   attend   que   ça   casse   pour   aviser.   Bon,   par   sécurité,   je   donne quand   même   un   tour   de   clé   allen   sur   la   liaison   base-pattes   Je   ne   veux   pas   rééditer   l'expérience   de   2003 dans   le   Télégraphe,   où   ma   base   arrière   ayant   lâché,   j'ai   du   redescendre   le   col   avec   un   cadre   qui   tenait au   ruban   adhésif.   Le   plus   traumatisant,   c'est   quand   j'ai   fait   ressouder   mon   Singer   le   lendemain   à   Saint Michel   de   Maurienne   par   un   spécialiste   des   réparations   sur   wagons   de   la   SNCF.   L'électrode   faisait   deux fois le diamètre de la base! Arrivée   à   Donrémy.   J’en   profite   pour   me   faire   jubiler   intérieurement   à   l’évocation   du   très   célèbre   mot   de Jeanne   à   ses   juges:   “Vous   ne   m’avez   pas   crue,   vous   m’aurez   cuite”.   Médiocre,   certes,   mais   on   fait   avec ce   qu’on   a   sous   la   main.   Je   ne   vais   quand   même   pas   faire   un   gros   détour   par   le   Castorama   de   Saint Dizier   rien   que   pour   pouvoir   méditer   sur   le   fait   qu’il   vaut   mieux   l’avoir   blanche   et   droite   que   Black   et Decker,   ou   bien   regretter   qu’avec   la   concentration   dans   la   grande   distribution,   les   paysans   ne   puissent plus aujourd’hui mener la Blanchette au taureau et la Germaine au Mammouth! A   ce   stade,   évidemment,   je   dois   m’excuser   auprès   de   mes   aimables   lecteurs   pour   ces   graveleusetés indignes   d’un   esprit   par   ailleurs   brillant,   mais   auxquelles   je   ne   sais   pas   résister   davantage   qu’un   drogué en manque à sa dose de crack. La   fontaine   du   cru   arbore   le   très   classique   “eau   non   potable”.   Ce   qui   me   met   en   rogne:   il   y   a   trente   ans, aucune   fontaine   ou   presque   n’était   dans   ce   cas.   Et   comme   la   plupart   sont   pluricentenaires,   ça   se   saurait si   l’eau   n’était   plus   bonne   a   boire.   On   sent   là   l’effet   systémique   d’une   application   imbécile   du   principe   de précaution:   quelqu’un   a   dû   décider   un   jour   que   l’eau   des   fontaines   devait   être   régulièrement   contrôlée,   et les   maires,   pas   fous   et   bien   conscients   que   tous   leurs   administrés   ont   l’eau   courante   à   la   maison   n’ont évidemment   pas   vu   l’intérêt   de   dépenser   des   sous   pour   la   seule   joie   de   randonneurs   qui   n’auront   jamais l’occasion   de   voter   pour   eux.   Cà   coûte   moins   cher   de   poser   une   pancarte   “eau   non   potable”.   Il   y   aurait beaucoup   à   dire   sur   les   dévoiements   stupides   du   principe   de   précaution,   le   premier   d’entre   eux   étant d’ailleurs   qu’il   vaut   mieux   rester   au   lit   toute   la   journée,   par   crainte   des   accidents   de   transport   en   allant   au boulot. Ceci   nous   amène   à   l’étape   du   jour,   à Autreville,   et   plus   précisément   un   hôtel   dont   le   nom   évoque   plus   le 5   à   7   que   le   repos   du   cyclo:   “Le   Relais   rose”.   Et   ça   craint   effectivement   un   peu:   vélos   rouillés   dans   la cour,   odeur   de   moisi   dans   les   chambres,   stores   déglingués,   papiers   peints   d’époque   fin   Auriol-   début Coty,      le   toujours   très   sympathique   et   apprécié:   “si   vous   pouviez   me   régler   ce   soir...”.   Les   poutres   ne   sont pas   apparentes,   les   ressorts   du   matelas,   si.   Pour   le   pompon   de   la   pomponnette,   j’hésite   entre   le   porc franchement   rosé   (bonjour   ténia)   et   le   flotteur   de   la   chasse   d’eau   fuyarde   qu’il   a   fallu   coincer   avec   le   balai de la tinette pour tarir le flot...Enfin, après 145 kilomètres, on dort bien quand même. Lundi 9 août : Autreville – Col du Donon (125 kms) Il   y   a   des   jours   comme   ça   où   on   a   l’impression   que   rien   ne   va:   on   vient   à   peine   de   partir   qu’on   s’aperçoit qu’on   a   oublié   quelque   chose,   puis   qu’il   faut   redonner   un   coup   de   pompe,   puis   qu’il   faut   envisager   une pause   physiologique...Bref,   une   heure   après   l’heure   de   départ   prévue,   je   suis   encore   en   vue   du   clocher d’Autreville.     Les     choses     rentrent     peu     à     peu     dans     l’ordre.     Joyeux vallonnements    du    côté    de    Vaudémont,    qu’avec    l’accord    implicite    des grands   prêtres   du   BPF   et   la   mention   explicite   du   guide   cyclo,   j’évite   au profit   de   Saxon.   Remontée   plein   nord   pour   rejoindre   Vezélise   et   le   pointage de   la   flèche   (je   ne   reviens   pas   sur   la   dichotomie   flèche-BPF).   Ravitaillement express,   puis   sortie   de   la   ville   et   de   nouveau   des   vallonnements.   Lesquels ne    sont    pas    sans    poser    de    problèmes    quant    au    choix    des    endroits favorables   aux   pauses   technico-physiologiques:   pas   en   descente   (à   70   à l’heure,   on   ne   s’arrête   pas   sans   y   laisser   la   moitié   de   ses   patins   à   chaque fois).   Pas   en   côte   (en   vélo   couché,   vous   n’y   pensez   pas!   Déjà   trop   heureux de   ne   pas   caler   quand   on   roule,   imaginez   le   cirque   pour   redémarrer!).   Pas au   sommet   des   côtes,   parce   qu’en   général   il   n’y   a   pas   d’ombre.   Une   exigence   au   demeurant   un   peu mystérieuse:   comment   peut-on   passer   trois   heures   à   pédaler   en   plein   cagnard,   et   vouloir   à   tout   prix   de l’ombre    pour    la    malheureuse    minute    consacrée    au    pipi?   Tout    ça    d’ailleurs    pour    repartir    avec    trois nouvelles   heures   de   cagnard   en   perspective...Ajoutez   à   tout   cela   un   impératif   personnel:   un   appui   (genre clôture   ou   poteau   indicateur)   pour   tenir   le   vélo   d’aplomb.   Bref   la   recherche   de   l’endroit   idyllique   peut souvent   prendre   la   demi-heure.   Et   encore,      ne   fais-je   pas   partie   de   la   moitié   de   l’humanité   qui   doit   ajouter la proximité d’un bosquet dense au cahier des charges! Le   temps   reste   suffisamment   clair   pour   que   le   regard   puisse   embrasser   au   loin   le   massif   des   Vosges dans   toute   son   étendue.   Restauration   express   à   Bayon   (40   minutes   café   inclus).   J’avance   toujours: Baccarat   (coup   d’oeil   aux   vitrines,   mais   rien   qui   puisse   survivre   à   500   kilomètres   dans   la   pointe   du   VK2), puis   Raon   l’étape.   C’est   le   début   des   choses   sérieuses:   les   vraies   Vosges,   celles   avec   les   sapins   qui sapinent   posés   sur   des   mamelons   qui   mamelonnent.   Et   des   côtes.   Un   détour   par   Pierre   Percée.   J’ai   le souvenir   (datant   de   1970)   d’une   route   incroyablement   jolie   et   pittoresque.   Elle   est   maintenant   sous   les eaux   de   la   retenue.   Redescente   pour   rejoindre   la   route   du   col   du   Donon   qui   monte   (dommage,   mais l’expérience   nous   apprend   qu’en   matière   de   routes   de   montagne,   c’est   souvent   comme   ça).   La   route   du col   est   d’abord   bien   (c’est-à-dire   à   3-5%),   mais   se   relève   insidieusement,   pour   finir   en   apothéose   à   deux chevrons.   Là,   n’ayons   pas   peur   des   mots,   je   souffre,   avec   cette   exigence   cardinale   de   ne   pas   descendre sous   les   6   km/h,   sous   peine   de   mouvements   erratiques   du   guidon   qui   se   terminent   invariablement   par   un coincement   du   pneu   avant   par   la   pédale.   Mais   même   les   pires   choses   ont   une   fin,   et   l’hôtel   est   en   vue. Bien   organisé,   à   la   germanique   serait-on   tenté   de   dire:   à   la   question   existentielle   et   canonique   “ou      peut- on   ranger   le   vélo?”   posée   à   la   réception,   la   réponse   est:   «   au   garage   derrière   l’hôtel,   attendez   devant,   on va   vous   ouvrir   ».   Bon,   mais   avec   les   quatre   niveaux   hiérarchiques   impliqués   en   cascade,   et   les   impératifs circonstanciels   (“t’as   qu’à   y   aller,   moi   j’ai   du   boulot.."),   on   poireaute   vingt   bonnes   minutes   devant   le   susdit garage. Pas grave, on est trop content d’être arrivé. Mardi 10 août : Col du Donon – col du Donon (120 kms) Au   programme   du   jour,   une   petite   chasse   aux   tampons. Avec   au   départ   un   sentiment   de   malaise   diffus   : commencer   une   journée   de   vélo   par   la   descente   d’un   col   pour   la   terminer   par   la   remontée   d’icelui,   c’est comme   commencer   un   repas   par   le   pousse-café   et   le   dessert.   On   m’objectera   que   la   vie   de   couple,   et   la vie   en   général   sont   comme   ça   :   on   commence   par   le   plus   facile   et   la   plus   agréable,   mais   la   différence   se fait sur le tard, entre ceux qui décrochent et ceux qui continuent à pédaler/ramer envers et contre tous. J’entends   d’ici   le   bruissement   admiratif   de   mes   lecteurs   qui   se   disent   «   mais   comment   peut-on   avoir   une telle   profondeur   de   pensée,   une   telle   subtilité   dans   l’analyse,   une   telle   finesse   dans   l’expression   des sentiments les plus ténus… ? » Eh oui, il y en a qui ont la classe, d’autres qui ne l’ont pas, moi je l’ai, qu’y puis-je? ! Lançons   nous   donc   dans   la   descente.   On   avait   bien   visé   une   route   forestière   surfant   sur   les   crêtes,   mais elle   est   mal   pavée   et   accessoirement   il   semble   qu’elle   soit   interdite   à   tout le   monde   sauf   aux   pompiers.   Ce   sera   donc   la   longue   descente   de   23 kms,   entièrement   dans   les   sapins,   le   long   d’un   ruisseau. Avec   rien   d’autre que    la    trouée    du    bleu    du    ciel    dans    le    vert    des    sapins.    Ce    sont    des moments   durant   lesquels   on   éprouve   un   intense   sentiment   de   liberté.   Un sentiment   de   liberté   assez   paradoxal,   si   on   prend   la   peine   d’y   réfléchir. Quoi   de   plus   contraint   en   effet   qu’une   randonnée   cycliste   ?   On   exécute   à la   minute   près   ce   qu’on   a   programmé,   généralement   sans   le   moindre écart.      On   sait   qu’on   va   partir   à   telle   heure,   qu’on   pointera   à   tel   endroit, qu’on   fera   une   pause   ou   un   repas   à   telle   autre,   en   buvant   et   en   mangeant ceci   et   cela,   qu’on   arrivera   à   tel   endroit   à   telle   heure..Et   généralement,   tout se   déroule   conformément   aux   prévisions…On   se   donne   beaucoup   moins   de   marges   de   manœuvre   qu’à l’occasion de la moindre journée de boulot… Deux   sévères   côtes   servent   d’amuse-gueule   à   celle   qui   conduit   à   Dabo.   Sur   place,   un   café,   et   une discussion    avec    un    couple    de    personnes    très    âgées,    visiblement    fascinées    par    le    vélo.    C’est    une caractéristique   du   vélo   couché   :   un   objet   transgénérationnel   auquel   tout   le   monde   s’intéresse.   Rapide   redescente   sur   Lützelbourg,   non   sans   un coup    d’œil    au    passage    à    l’impressionnant    plan    incliné    d’Arzwiller, remplaçant   une   bonne   dizaine   d’écluses   pour   la   plus   grande   satisfaction des   plaisanciers.   Je   renonce   au   tampon   de   Haut-Barr,   qui   me   ferait rentrer   un   peu   tard.   Il   y   aura   bien   d’autres   occasions   de   revenir   en Alsace   !   Pour   l’heure,   je   tente   de   rentrer   en   empruntant   les   berges   de l'ancien    canal,    celui    avec    les    écluses    désaffectées.    C’est    dans    les moments   ou   on   n’en   bénéficie   plus   qu’on   apprécie   le   GPS   :   il   permet   de court-circuiter   tout   le   tremblement   :   arrêt-   descente   de   vélo-   sortie   de carte   du   coffre   -dépliage   de   carte   –   consultation   –   repliage   de   carte   rangement   dans   le   coffre   –   réinstallation   sur   le   vélo   –   et   (last   but   not   least)   –   redémarrage.   Tous   les   deux kilomètres, ça fait chuter la moyenne. Le   retour   s’opère   sans   difficulté   :   les   deux   grosses   bosses   puis   l’ascension   du   Col   du   Donon   au   cours   de laquelle   mon   fils   a   le   bon   goût   de   m’appeler   :   devoir   s’arrêter   sans   que   cela   soit   la   conséquence   d’une décision    personnelle    motivée    par    la    fatigue,    ça    sonne    comme    une    glorieuse    soumission    à    ses responsabilités de père, et pas comme une défaite de l’esprit contre le corps. Mercredi 11 août: Col du Donon - Sélestat (120 kms) Du   côté   de   Shirmeck,   la   descente   n’est   pas   très   roulante,   ou   bien   je   n’ose   pas   trop   serrer   les   virages,   ce qui   revient   au   même.   En   bas,   il   faut   retrouver   la   route   d’Obernai,   ce   qui   n’est   pas   de   première   évidence. Je   ne   suis   finalement   pas   d’humeur   à   me   hisser   jusqu’au   mont   saint   Odile.   Comme   ça,   la   prochaine   fois, ça   fera   un   doublé   avec   Haut   Barr.   Une   belle   ascension   d’une   centaine   de mètres   (de   dénivelé,   bien   sûr)   et   c’est   la   pause   boulangerie   du   matin,   à Obernai    (dont    on    ne    se    lassera    jamais,    pas    plus    que    de    la    tarte    aux myrtilles).   Sur   la   route   de   Strasbourg,   arrêt   à   un   garage   Citroën   qui   aurait   pu s’appeler   “au   paradis   de   la   2   cv”.   Ma   première   voiture,   en   71,   était   une   2   cv de   57. Autant   dire   que   je   lui   voue   un   culte.   Je   ne   sais   pas   encore   si   pour   ma retraite   je   construirai   des   vélos   couchés   ou   si   je   retaperai   des   2   cv,   en attendant   je   tombe   en   arrêt   devant   un   modèle   restauré   à   neuf   pour   un   client belge,   un   modèle   “Sahara”   (avec   deux   moteurs).   Les   garnitures   de   sièges sont   neuves,   tout   comme   la   capote.   Une   pure   merveille.   Je   questionne   donc à mon tour, par un juste retour des choses, et je note mentalement l’adresse du garage. La   banlieue   de   Strasbourg   ne   présente   objectivement   aucun   intérêt.   Je   n’arrive   pas   à   apprécier   autant que   je   le   devrais   la   “Petite   France”   et   la   cathédrale:   vraiment   trop   de   monde.   Il   faudrait   poser   le   vélo quelque   part   et   visiter   à   pied   comme   tout   le   monde,   traîner   un   VC   dans   la   foule   est   vraiment   par   trop incommode.   Sortie   de   ville   (guère   mieux),   et   c’est   la   campagne   alsacienne,   ses   jolis   villages   aux   maisons à   pans   de   bois   multicolores.   Certes,   je   donne   là   dans   le   poncif,   mais   qu’y   puis-je   après   tout   si   les   villages alsaciens   ont   de   jolies   maisons   à   pans   de   bois   multicolores?   Je   vais   au   sud   jusqu’à   Diebolsheim,   un   BPF répertorié   par   le   guide   comme   “village   fleuri”,   mais   dépourvu   du   moindre   bistrot.   La   photo   de   la   pancarte fera   l’affaire.   Sélestat   est   rejoint   en   fin   d’après   midi.   Non   sans   que   cela   m'inquiète   de   manière   diffuse,   j’ai complètement   oublié   le   nom   de   l’hôtel.   Difficile   dans   ces   conditions   de   demander   aux   renseignements téléphoniques. Le hasard me fait passer devant un “Hôtel majuscule”. Un flash: c’est bien lui!   Jeudi 12 août: Sélestat - Sainte Marie aux Mines (80kms).   Ce   matin,   me   temps   est   à   peu   près   aussi   engageant   que   la   perspective   d'une   conférence   de   presse conjointe   de   MM.   Besson   et   Hortefeux   consacrée   à   l'immigration.   Effectivement,   ça   ne   tarde   pas   à tomber dru. Le genre de temps qui vous fait regretter d'être en vacances. En matière de BPF, on va dans un   premier   temps   se   contenter   de   Riquewihr,   dont   la   rue   principale   manque   un   peu   d'allure   sous   la   pluie. J'achète   un   bretzel,   histoire   de   ne   pas   arborer   sur   ma   carte   un   tampon   qui   aurait   été   obtenu   sans contrepartie   financière.   Il   finira   à   l'état   de   pâte   semi-liquide   dans   la   pointe arrière   (le   coffre)   du   VK2. Au   point   que   je   compte   faire   poser   un   robinet   de purge   en   bas   de   la   pointe.   Pour   dégazer   discrètement   en   campagne,   ce sera   mieux   qu'au   kleenex.   Pour   Colmar   et   Neubrisach,   on   attendra   le prochain    week-end    en    Alsace    (la    barque    commence    à    se    charger dangereusement,     avec     déjà     Haut-Barr     et     le     Mont     saint     Odile...). Courageusement,   j'attaque   l'ascension   du   Haut-Koenigsbourg,   pour   ainsi dire   en   tenue   de   motard,   ou,   si   l'on   préfère,   de   scaphandrier.   Il   y   a   quelque chose   d'encore   plus   désagréable   que   rouler   sous   la   pluie:   monter   sous   la pluie.   On   se   demande   si   on   ne   se   sentirait   pas   mieux   sans   Gore-Tex. Surtout   quand   un   mouvement   malheureux   du   bras   vous   déverse   un   demi- litre   de   flot   liquide   et   glacial   sur   l'omoplate.   On   cherche   à   prendre   de   la   hauteur,   à   relativiser,   à   pondérer, à   relativiser,   à   se   convaincre   que   ce   sera   mieux   plus   tard:   ce   n'en   est   pas   moins   une   abomination.   La pluie   cesse   au   sommet,   ce   qui   cesse   par   là   même   d'obérer   la   qualité   des   discussions   que   je   puis   avoir avec   les   uns   et   les   autres,   surtout   en   ces   hauts   lieux   de   concentration   touristique.   On   arrive   avec   le temps à définir une typologie des échanges: -                                 la   bande   de   pochetrons   attablée   à   la   terrasse   d'un   bistrot.   Mû   par   un   réflexe   pavlovien,   le   premier qui   entrevoit   le   vélo   couché   entre   deux   bancs   de   brume   ethylogène   lance   à   tout   hasard   une   gracieuseté du   style   "pédale,   feignasse...".   Ce   à   quoi   un   de   ses   compagnons   de   beuverie   croit   devoir   surenchérir   par un    assaut    de    finesse    et    de    subtilité,    suscitant    par    exemple    bruyamment    le    doute    relativement    à l'hétérodoxie    supposée    des    mœurs    du    pilote    du    vc.    Pas    d'autre    réaction    à    avoir    qu'une    réflexion sociologique   de   portée   locale,   relative   à   ce   qu'on   doit   se   faire   ch...   le   dimanche   après   midi   à   Montier   en Der. -                              Le   même,   mais   tout   seul   et   à   jeun.   Sous   le   choc,   il   crie   des   choses   incompréhensibles,   traduisant un   mélange   confus   mais   déjà   plus   sympathique   de   joie,   de   surprise,   d'amusement,   et   d'étonnement.   La réponse   appropriée   consiste   en   un   geste   un   peu   las   de   la   main,   accompagné   d'un   sourire   un   peu   fatigué, le   tout   signifiant   quelque   chose   comme   "oui,   mon   vélo   est   exceptionnel,   je   ne   suis   d'ailleurs   pas   ordinaire non plus, mais que voulez-vous, toute cette gloire me fatigue..." -                              La   famille.   En   général,   les   enfants   sont   les   plus   vifs   et   dégainent   les   premiers:   "Papa,   t'as   vu   le monsieur   sur   son   drôle   de   vélo...".   On   peut   tout   au   plus   lui   être   reconnaissant   de   n'avoir   pas   formulé   sa question   sous   la   forme   "Papa,   t'as   vu   le   drôle   de   monsieur   sur   son   vélo...",   mais   à   part   çà,   c'est   une conversation privée dans laquelle on ne s'immisce pas. -                              le   type   qui   voit   avec   plaisir   un   événement   nouveau   lors   d'un   après   midi   par   ailleurs   tout   à   fait ennuyeux.   Il   ne   va   pas   lâcher   prise   de   sitôt.   Non   qu'il   s'intéresse   spécialement   au   vélo   couché.   Son intérêt   est   purement   négatif,   en   faveur   de   n'importe   quoi   qui   lui   fasse   oublier   les   récriminations   de   son conjoint,   les   états   d'âme   de   ses   ados   et   l'eczéma   de   son   chien.   Il   ne   va   pas   vous   lâcher   de   sitôt. L'avantage,    c'est    que    les    questions    sont    parfaitement    stéréotypées,    et    qu'on    peut    répondre    quasi mécaniquement,   en   continuant   de   tartiner   son   pâté   et   sans   voir   ses   neurones   dilapider   un   oxygène   par ailleurs   précieux.   Question:   "Sur   la   route,   on   vous   voit   pas   bien".   Réponse:   vous   voyez   bien   un   hérisson écrasé   ou   un   tesson   de   bouteille".   Question:   "Et   ça   grimpe   bien?"   Réponse:   "non,   mais   en   côte   on   se repose   encore   plus   que   ce   qu'on   grimpe   mal".   Variante,   si   c'est   trop   subtil   pour   lui:   "non,   mais   ça descend   bien".   Question:   "ça   ne   fait   pas   mal   au   cou,   dans   cette   position?"   Réponse:   "vous   avez   la   même position   quand   vous   êtes   sur   un   canapé   devant   votre   télé".   Question:   "c'est   pas   trop   dur   d'apprendre?" Réponse: "Si, c'est dur" (il ne faudrait pas qu'il croie que le vc, c'est tout bénef, et qu'il s'y mette!). -                              Enfin,   il   y   a   celui   qui   méritera   qu'on   lui   consacre   tout   son   temps.   Un   bon   point   pour   lui:   il   n'affecte pas   -   par   défaut   -   de   penser   que   votre   temps   est   à   sa   disposition.   Il   salue,   s'excuse   de   déranger,   pose des   questions   précises   qui   montrent   que   le   sujet   ne   lui   est   pas   étranger.   Là,   vous   pouvez   consacrer   tout votre   enthousiasme   à   le   convertir,   où   à   achever   de   le   convertir.   En   terminant   même;   si   vous   êtes   en forme,   par   un   mélange   subtil   de   retournement   dialectique   couplé   à   une   once   de   PNL:   "le   seul   problème avec   le   vélo   couché,   c'est   qu'au   bout   de   150   kilomètres,   je   ne   suis   pas   plus   fatigué   qu'après   une   journée de   boulot.   Je   ne   sais   pas   si   c'est   aussi   efficace   sur   le   plan   sportif   que   le   vélo   droit..."En   principe,   si   vous vous débrouillez bien, il doit foncer passer sa commande sur internet.    Le   ciel   bleu   revient   dans   la   descente   qui   conduit   dans   la   vallée   de   Sainte   Marie   aux   mines.   L'hôtel   est sur la route du col des Bagenelles: toujours ça de moins à monter demain matin.   Epilogue (13 et 14 août)   Les   perspectives   météo   se   présentent   comme   particulièrement   abominables   pour   le   week-end.   Les   deux jours   à   venir   vont   donc   être   consacrées   à   grappiller   ce   que   l'on   pourra   des   BPF   de   la   région:   col   de   la Schlucht   (franchir   un   col   en   passant   par   les   crêtes   a   un   je-ne-sais-quoi   de   déstabilisant:   descendre   sur   le col   et   remonter   après,   c'est   contre-intuitif   et   antinaturel).   Lac   blanc,   Gérardmer,   Bruyères   et   finalement Eloyes.   Je   prends   le   train   à   Epinal,   non   sans   pester   contre   l'indigence   du   transport   des   vélos   dans   le TGV   (trois   malheureuses   places   le   long   d'une   rangée   de   strapontins).   La   comparaison   est   vraiment   en faveur   de   la   Deutshbahn.   Pas   étonnant   qu'en   juin   40,   les   allemands   n'aient   eu   besoin   que   de   quinze jours   pour   venir   défiler   à   Paris!   La   note   agréable   du   retour,   c'est   quand   il   fait   un   temps   de   chien   à   Paris   le samedi, et qu'on sait que c'est bien pire dans les Vosges! Conclusion   habituelle:   un   grand   merci   au   VK2   qui   ne   m'a   pas   contrarié   autrement   que   par   un   abominable bruit    de    crécelle    en    côte,    à    moi    même    pour    ce    voyage    parfaitement    bien    organisé,    et    pour    une compagnie extrêmement agréable.
Riquewihr Petite France à Strasbourg vers Dabo Le plan incliné d'Arzwiller Au loin, les Vosges Eglise de Boissy le franc Le VK2