Mauvaizesprit
Paris-Brest-Paris 2011 en vélo couché Dimanche   21   août   2011,   17h15,   peu   avant   le   départ   des   «   vélos   spéciaux   »   (les   vélos spéciaux,   selon   la   terminologie   officielle,   c’est   tout   ce   qui   n’est   pas   le   vélo   classique,   à savoir    vélos    couchés,    tandems,    triplettes,    vélos    carénés    et    j’en    passe…)    .   Après    des formalités    de    départ    ultra    rapides,    sans    la    frénésie    et    le    sens    de    la    bousculade    que manifestent   à   l’occasion   les   vélodroitistes   pour   être   en   première   ligne   au   départ   (il   me   sera un   peu   pardonné   parce   que   j’ai   beaucoup   péché   de   ce   point   de   vue   dans   ma   vie   antérieure d’avant   le   vélo   couché),   il   me   vient   des   pensées   aux   accents   Gaulliens:   «   Eh   bien   !   mon cher   et   vieux   PBP,   nous   voici   donc   ensemble   encore   une   fois,   face   à   une   lourde   épreuve   ». Le   petit   plaisir   du   multirécidiviste,   c’est   de   voir   la   tête   de   son   voisin   de   galère   qui   te demande   si   «   c’est   ton   premier   PBP   ?   »   quand   tu   lui   réponds   «non,   c’est   mon   dixième».   Et, dans    la    foulée,    pour    atténuer    le    choc:    «    mais    je    vise    la    huitième    arrivée    »    !    (Petite satisfaction   finalement   médiocre,   compte   tenu   des   efforts   entre   autres   déployés   dans   les brevets qualificatifs de longue distance: 200 km, 300 km, 400 km, 600 km…). Le   groupe   des   vélos   spéciaux   continue   donc   de   papoter   sans   stress   apparent,   par   petits groupes    d’amis    alors    que    l’heure    du    départ    approche.    Le    monde    du    vélo couché    est vraiment   fait   de   gens   cool   !   Le   départ   donné,   tout   se   passe   comme   on   pouvait   s’y   attendre, l’interminable   sortie   de   la   ville   nouvelle   de   Saint   Quentin   en   Yvelines,   la   traversée   de Montfort   l’Amaury,   la   route   vers   Nogent   le   roi   et   sa   butte   du   Tertre   (dont   je   ne   me   suis toujours   pas   remis   d’avoir   été   doublé   lors   de   son   ascension   par   le   finlandais   Kuusito   sur   sa trottinette   en   2003),   la   plaine   vers   Châteauneuf.   Là,   il   faut   mettre   la   lumière.   Mes   deux grosses   piles   lithium   qui   m’ont   fait   les   deux   saisons 2010-2011   choisissent   ce   moment   pour   me   lâcher. Elles   ne   me   prennent   pas   par   surprise,   parce   qu’à force   de   piquer   l’argent   de   poche   des   enfants   dans leur    tiroir    de    bureau,    j’ai    pu    investir    dans    des neuves!    Là,    je    sais    que    j’ai    au    moins    cinq    nuits complètes d’autonomie. Je    suis    sur    mon    terrain    de    jeux    habituel,    je m’attends   donc   à   chaque   côte,   à   ceci   près   que   des nouvelles   me   paraissent   s’être   glissées   entre   deux anciennes    depuis    la    dernière    édition,    et    en    plus qu’ils   ont   creusé   des   trous   en   fond   de   vallée   en transportant   les   terres   aux   sommets.   Dans   Paris- Brest-Paris,   il   y   a   365   côtes   (une   par   jour   de   l’année)   pour   un   total   de   10500   mètres   de dénivelé    (cinq    fois    le    Galibier    depuis    Saint    Michel!)    Les    trains    d’ondes    maléfiques    se succèdent   dans   mon   esprit   («   Qu’est-ce   que   je   f…là-dedans   »).   Pourtant,   et   comme   le   disait Churchill   en   parlant   d’autre   chose,   ça   n’est   pas   fini,   ça   n’est   même   pas   le   commencement de    la    fin,    c’est    peut-être    seulement    la    fin    du    commencement.    Courage!    La    pause    de Mortagne   est   donc   la   bienvenue.   2   litres   d’eau   dans   le   sac   à   chameau   (camel   bag   pour   les francophones),   un   bidon   de   Renutryl      dans   le   chameau   himself   (un   truc   liquide   pour   vieillard grabataire   dénutri,   c’est   équilibré,   digeste   et   pas   si   mauvais)…   et   c’est   reparti.   Non   sans avoir   apprécié   au   passage   l’ambiance   exubérante   du   contrôle   :   où   que   vous   soyez,   vous aviez en permanence cinq bénévoles dans votre champ visuel pour vous indiquer la route ! Il   y   a   des   étapes   qu’on   aime   particulièrement   dans   PBP.   Parce   qu’elles   sont   «lisibles»   avec leur   structure   simple.   Par   exemple   Carhaix-Brest   et   retour   :   on   monte   le   Trédudon,   on redescend   sur   Sizun   puis   on   rejoint   Brest.   On   n’a   pas   à   se   prendre   la   tête   pour   savoir   où   on en   est   des   diverticules,   comme   par   exemple   dans   Loudéac-Carhaix.   Mortagne-Villaines offre   cette   jolie   et   reposante   structure   Hégelienne,   c’est-à-dire   ternaire   (oui,   je   sais,   mais quand   on   peut   le   placer…)   :   une   ligne   droite   jusque   Mamers,   un   secteur   Mamers   La   Hutte bien   roulant,   une   remontée   de   la   Sarthe   jusqu’à   Villaines.   Les   kilomètres   défilent   plus   vite. J’arrive   même   à   faire   jeu   égal   avec   les   autres   vélos   couchés.   J’ai   toujours   été   fasciné   par   le spectacle   de   ces   grands   serpents   lumineux   rouges   sur   fond   noir.   On   voit   peu   de   choses (des   points   rouges),   et   on   peut   imaginer   beaucoup   (des   collines,   des   bois,   des   hameaux, des   fermes,   des   vaches…)   qu’on   ne   voit   pas.   Aux   gens   que   j’aime   bien,   je   fais   parfois l’honneur    d’évoquer    le    ravissement    dans    lequel    me    plongeait    le    reflet    des    feux    de signalisation   ferroviaires   la   nuit   sur   les   rails   lorsque   j’étais   vacataire   aide-conducteur   à      la SNCF.   En   général,   ils   manifestent   un   intérêt   courtois   à   mes   propos.   Je   les   soupçonne toutefois de penser « Ne le contrarions pas, il pourrait devenir dangereux… ! » C’est   l’arrivée   à   Villaines   la   Juhel,   sur   le   coup   de   4   heures   du   matin.   Une   boulangerie   et   une épicerie   sont   restées   ouvertes   toute   la   nuit.   Une   première.   J’en   profite   pour   renouveler   mon stock.   Et   je   retrouve   avec   plaisir   ce   grand   réfectoire   témoin   de   tant   de   joies   (au   retour)   et   de peines   (à   l’aller)   depuis   trente-cinq   ans.   Mystérieusement,   cet   espèce   de   hangar   recouvert de   tôle,   avec   son   accès   en   plan   incliné   et   d’une   mocheté   insigne   est   pour   moi   l’image   la plus   forte   de   ce   qu’est   Paris-Brest-Paris,   plus   encore   peut-être   que   le   pylône   de   Becherel, celui   du   roc   Trédudon   ou   le   pont   Albert-Louppe,   les   pourtant   grands   incontournables   de l’épreuve. Je   ne   m’éternise   pas.   La   nuit   n’est   pas   finie.   Je   suis   à   mon   rituel   10   km/h   dans   les   terribles rampes   entre   Villaines   et Ambrières.   Bien   sûr,   je   ne   profite   pas   pleinement   de   la   vélocité   du VK2   en   descente,   à   cause   de   l’obscurité   (et   malgré   la   puissance   des   deux   Edelux),   de l’étroitesse   des   routes   et   du   grand   nombre   de   vélos   droits.   Je   me   console   à   l’idée   qu’ainsi j’augmente   mes   chances   d’arriver   au   bout.   Et   puis   la   mère   de   mes   enfants   m’a   demandé   de ne   pas   réitérer   mes   «   exploits   »   :   je   m’étais   sottement   vanté   quelques   semaines   auparavant sur   Facebook   d’avoir   battu   mon   record   en   descente   à   89,3   km/h   :   mes   «   amis   »   se   sont empressés de balancer. On ne se méfie jamais assez d’internet. Ni de ses amis. Ce   qui   nous   conduit   à   Fougères,   dans   des   conditions   et   un   état   d’esprit   bien   meilleurs   que quatre   ans   auparavant   (où   j’avais   décidé   d’abandonner   à   cause   du   temps,   en   m’imposant toutefois   d’aller   jusqu’à   Tinténiac).   Il   me   semble   y   avoir   vingt   bonnes   minutes   de   queue   au self,   qu'on   s'épargnera   en   tapant   dans   les   réserves   entassées   dans   la   pointe   arrière,   dont   le rangement   soigné   du   départ   a   progressivement   laissé   la   place   à   un   joyeux   foutoir.   Bergson a   dit   :   «   il   existe   deux   types   d’ordre   :   l’ordre   géométrique   et   l’ordre   vital   ».   Clairement,   le mien est à dominante vitale. La   sortie   de   Fougères   se   fait   de   la   manière   la   plus   directe.   Tant   mieux,   j’avais   de   mauvais souvenirs   des   circonvolutions   routières   auxquelles   nous   contraignaient   certaines   éditions antérieures.    L’étape    Fougères-Tinténiac    est    une    étape    de    transition:    courte    et    plate. L’équivalent   d’une   liaison   dans   le   Tour   de   France   qui   se   ferait   en   train.   J’ai   tout   lieu   de   me réjouir   de   la   mise   en   place   de   7   centimètres   de   mousse   haute   densité   sur   le   siège.   Le confort   est   absolu,   je   ne   ressens   plus   les   inégalités   et   rugosités   de   la   route   et   terminerai   ce PBP    avec    l’impression    d’avoir    passé    une    journée    (enfin,    plutôt    quatre    jours)    dans    un confortable fauteuil de salle de réunion. Les   messages   de   soutien   posée   au   bord   de   la   route   sont   assez   jubilatoires   :   réalisés   avec une   grande   économie   de   moyens   (un   plastique   autour   d’une   meule   de   paille,   un   carton d’emballage…)   et   parfaitement   ciblés   («   Courage   gégé,   tes   voisins   qui   t’aiment…   !   »).   A l’inverse   des   pubs   commerciales   débitant   sur   papier   glacé   des   fadaises   genre   «   Fanta,   des sodas   à   vivre   »,   ou   «   Durex,   parce   que   je   le   vaux   bien…».   J’ai   une   pensée   amicale   pour Gégé. Arrivée   à   Tinténiac   à   midi   (lundi).   Toujours   cette   chaleureuse   ambiance. Aller   à   la   rencontre de    deux    cents    personnes    qui    paraissent    toutes    ravies    de    vous    voir,    ça    vous    change agréablement   du   métro.   Un   passage   au   self.   Je   n’en   avais   pas   gardé   un   excellent   souvenir des   dernières   éditions,   mais   là,   rien   à   dire   sur   la   qualité.   Direction   Loudéac   maintenant.   Je me   représente   par   anticipation   la   montée   sur   Becherel   et   la   descente   sur   Médreac.   Mon esprit   se   concentre   sur   ce   qu’il   y   a   après.   Et   hop   !   Vingt   kilomètres   déjà   faits   avant   même d’être   parti.   La   forme   reste   raisonnable,   mais   je   me   fais   quand   même   beaucoup   doubler,   et pas   seulement   dans   les   côtes.   C’est   l’inconvénient   de   partir   avant   les   gros   paquets   :   on   se fait   doubler   par   cinq   mille   participants   durant   l’épreuve,   et   comme   je   compense   une   relative lenteur   par   des   arrêts   assez   courts   (bien   obligé   !),   j’en   repasse   pas   mal   qui   me   redoublent plus   loin.   Donc,   j’aurai   en   gros   été   doublé   douze   mille   fois   tout   au   long   de   l’épreuve.   Un   rien démoralisant   à   la   longue.   Se   voir   constamment   ramené   à   sa   propre   finitude   créaturelle, forcément   ça   énerve   au   bout   du   quatrième   jour.   Arrêt-pharmacie   à   la   Trinité-Porhoët,   pour cause   d’irritations   à   traiter   par   la   crème   «   premier   change   »   de   chez   Uriage.   Je   me   doute que   dans   le   contexte,   il   ne   me   posera   pas   comme   la   pharmacienne   d'en   bas   de   chez   moi   la question   canonique   «   Quel   âge   exactement,   le   bébé   ?   ».   Je   n’aurai   donc   pas   le   plaisir   de   lui répondre    :    «    58    ans    ».    Bref,    pas    d’Uriage,    mais    du    Mustela.    Et    -surprise-    ça    pique drôlement.   J’ai   une   pensée   affectueuse   à   l’attention   de   tous   ces   bébés   quotidiennement martyrisés. A   Loudéac,   l’accueil   est   franchement   enthousiaste.   A   se   voir   applaudi   si   chaleureusement par   une   bonne   centaine   de   spectateurs,   on   se   sent   tout   chose,   et   pour   un   peu   on   se   croirait quelqu’un    d’important.    Plus    précisément,    et    parce    qu’on    sait    déjà    qu’on    est    quelqu’un d’important,   on   croirait   presque   que   les   autres   le   savent!   Suivant   le   rituel,   pointage   de   la carte   de   route   (on   commence   par   çà,   des   fois   qu’on   oublie   après.   Quand   on   a   une   fois   dans sa   vie   remonté   toute   la   côte   vers   Vézelay   depuis   Saint-Père   parce   qu’on   avait   oublié   de pointer   sa   carte   de   route,   on   fait   gaffe…   !).   Puis   self,   là   encore   plutôt   rapide.   On   repart.   Les groupes   sur   le   retour   préviennent   :   attention,   orages   !.   La   pluie   commence   à   tomber   à Corlay,   j’avise   un   distributeur   du   Crédit   Agricole   dont   les   portes   s’ouvrent   toutes   seules devant   moi,   et   en   plus   c’est   chauffé.   Il   est   22   heures,   je   décide   de   dormir   un   peu.   J’enlève   la mousse   du   siège   (vous   savez,   les   7   cm…)   et   la   pose   sur   le   carrelage.   Un   excellent   matelas, même   s’il   vaut   mieux   ne   pas   se   tortiller   trop   dessus.   Vers   1h,   les   éléments   se   déchaînent. Un   éclair,   immédiatement   un   coup   de   tonnerre   qui   fait   bouger   le   vitrage   de   trois   bons centimètres    (s’ils    avaient    cédé,    je    n’aurais    pas    bougé    même    avec    la    certitude    que    la maréchaussée   dût   débouler),   et   sous   une   pluie   torrentielle,   une   vision   d’horreur   :   un   groupe de   cinq   participants   roulant   au   milieu   des   éléments   déchaînés.   J’ai   néanmoins   trouvé   la force   d’esprit   de   me   retourner   et   de   me   rendormir   pour   une   petite   heure.   A   deux   heures,   il fallait   bien   y   aller.   Il   pleuvait   encore,   mais   de   manière   «   acceptable   »   (encore   que   la   nuit,   le seul niveau acceptable, c’est pas de pluie du tout). Tout   cela   nous   mène   vaille   que   vaille   à   Carhaix,   à   4h30.   Le   moral   est   descendu   bien   bas,   et je   commence,   honte   à   moi,   à   échafauder   des   stratégies   de   retrait   honorables.   L’abandon pur   et   simple   ne   le   serait   pas   :   pas   deux   abandons   de   suite   dans   PBP,   quand   même!   Une idée   émerge:   commencer   à   faire   passer   le   message   que   tout   va   bien,   mais   que   je   suis décidemment   trop   lent   et   que   je   risque   de   ne   pas   terminer   dans   les   délais.   De   la   sorte,   ce n’est   pas   moi   qui   abandonnerai   PBP,   mais   PBP   qui   m’abandonnera.   Je   suis   ragaillardi   par cette   perspective,   et   j’enverrai   effectivement   quelques   SMS   en   ce   sens   plus   tard   dans   la matinée.   En   plus,   le   jour   s’annonce,   et   j’ai   déjà   dit   que   j’aimais   bien   les   deux   étapes   reliant Brest   à   Carhaix   et   vice   versa.   Donc,   tout   bien   pesé   et   très   provisoirement,   ça   va.   La   pluie   a cédé   la   place   à   un   brouillard   particulièrement   glauque   et   un   peu   déprimant   dans   la   montée d’après   Huelgoat.   Pas   vu   le   pylône   du   roc Trédudon. A   Sizun,   je   dois   retrouver   mon   Brestois de   frère   pour   quelques   kilomètres   ensemble.   Je   croise   sa   voiture,   le   salue,   il   me   répond, j’attends   sur   place   qu’il   fasse   demi-tour.   Rien   ne   vient.   En   fait,   il   ne   m’avait   pas   reconnu. Nous   finissons   par   nous   retrouver.   Il   manque   un   demi   maillon   rapide   à   sa   chaîne   de   vélo.   Je le   dissuade   de   rouler,   il   tente   sa   chance   et   perd   comme   prévu   toute   transmission   au   bout   de dix    kilomètres.    Il    avise    un    commerce:    un    crématorium.    Après    avoir    interrompu    une cérémonie   pour   demander   à   la   cantonnade   où   il   pourrait   trouver   un   vélociste,   il   confie   son vélo   aux   croque-morts   et   retourne   en   courant   à   sa   voiture   afin   d’acheter   la   pièce.   Dans l’intervalle,   je   roule   vers   Brest,   très   agréablement   surpris   d’éviter   Daoulas   et   ses   côtes redoutables.   Du   coup,   la   traversée   du   port   de   Brest   que   je   m’attendais   à   trouver   laborieuse et   pénible   me   laisse   de   marbre.   Et   au   moins,   comme   on   a   vu   la   mer,   on   ne   pourra   pas   nier qu’on   est   bien   allé   jusqu’à   Brest,   alors   que   quand   on   arrivait   directement   au   lycée   de Foucault, voire auparavant place de Strasbourg, on pouvait avoir un doute. Pointage   à   Brest   en   41   heures:   pas   glorieux,   il   ne   reste   que   49   heures   pour   le   retour,   dont deux   nuits   pleines…Ce   n’est   pas   gagné.   Le   service   du   self   est   un   peu   poussif,   mais   pour ma   part   je   n’ai   pas   trouvé   matière   à   critiques   telles   que   celles   qu’on   a   pu   lire.   Il   est   vrai   que ce   n’est   pas   en   pleine   journée   que   les   déficiences   logistiques   se   manifestent.   Et   il   faut garder   à   l’esprit   que   tous   ces   bénévoles   sont   sur   la   brèche   deux   ou   trois   journées   de   rang. A   Landerneau,   je   retrouve   mon   frère   qui   a   réparé,   et   nous   devisons   une   petite   vingtaine   de kilomètres   jusqu’à   Sizun.   Cette   compagnie   m’a   changé   les   idées,   et   je   retrouve   un   peu   de tonus.   Dans   la   montée,   j’encourage   Jean-lou   et   Florence,   sur   leur   tandem   dos   à   dos.   Je   me dis   que   même   s’ils   ne   me   reconnaissent   pas   (par   expérience,   plus   anonyme   que   moi,   tu meurs)   ça   leur   fera   plaisir   de   s’entendre   interpeller.   En   haut,   au   roc   Trédudon,   les   bancs   de brume   jouent   avec   le   pylône.   On   voit   parfois   le   bas,   parfois   le   haut,   parfois   les   deux   mais jamais le milieu… Dans   la   descente,   le   VK2   peut   donner   libre   cours   à   ses   talents.   A   un   bon   60   km/h,   sur   la route   à   deux   voies,   je   vois   face   à   moi   une   grosse   BMW   s’engager   pour   doubler   un   camion. Je   sens   comme   une   hésitation   de   sa   part.   Mais   finalement,   il   doit   se   dire   plus   ou   moins consciemment   que   si   je   chute   quand   il   sera   passé,   il   n’y   sera   pour   rien,   que   s’il   me   percute légèrement    il    n’y    aura    probablement    pas    de    traces    sur    son    véhicule    permettant    de l’incriminer,   que   s’il   doit   être   effectivement   impliqué   dans   l’accident   il   pourra   toujours   dire qu’il   ne   m’avait   pas   vu   (et   il   s’en   tirera   avec   trois   points   de   moins)   et   qu’en   tout   état   de cause   il   finira   par   se   convaincre   qu’il   ne   m’avait   réellement   pas   vu,   le   cerveau   étant   à   cet égard   d’une   étonnante   plasticité   (le   pilote   du   Mig   qui   a   descendu   le   747   de   la   KAL   est aujourd’hui   encore   convaincu   d’avoir   abattu   un   avion   espion   KC   135).   Bref,   tous   les   signaux étant   au   vert,   il   double.   Lorsque   nous   nous   sommes   retrouvés   en   ligne,   le   camion,   la   voiture et   moi,   j’avais   30   petits   centimètres   de   chaque   côté.   Je   n’ai   même   pas   tenté   de   freiner,   de peur de dévier. Finalement, c’est passé. Arrivée   à   Carhaix.   Rituel   pointage,   self,   rangement   du   bazar   (pas   pour   faire   joli,   juste   pour que   le   couvercle   du   coffre   puisse   fermer   !).   Quelques   mots   échangés   avec   Claire,   que   je regrette   de   ne   pas   pouvoir   dépanner   avec   un   patin   de   frein.   Mais   le   mécano   lui   fera   ça   vite et   bien.   L’étape   qui   arrive   est   peut-être   la   plus   redoutable.   Pentue   comme   il   n’est   pas permis,   et   surtout   peu   «   lisible   »   avec   ses   petites   routes   qui   bifurquent   sans   arrêt   (quelle idée   aussi   de   nous   faire   passer   par   Canihuel,   et   son   «   mur   ».   J’ai   trop   de   respect   pour   nos amis   de   l’Audax   Club   Parisien   pour   imaginer   une   seule   seconde   qu’ils   aient   pu   bien   rigoler de   la   bonne   farce   qu’ils   faisaient   aux   cyclos   en   préparant   l’itinéraire,   mais   au   bout   de   800 kilomètres,   et   dans   le   contexte,   je   serais   pour   un   peu   saisi   d’un   léger   doute   !).   Malgré   cela, les   jambes   tournent   poussivement   mais   sans   faire   d’histoires,   et   surtout   les   genoux   ne rappellent    pas    trop    leur    existence    à    mon    bon    souvenir!    Miracle    du    vélo    couché, probablement,   qui   incite   davantage   à   mouliner   qu’à   pousser   comme   une   brute.   L’arrivée   sur Loudéac   est   interminable,   avec   les   lumières   de   la   ville   qu’on   croit   toujours   être   sur   le   point d’atteindre   et   qui   s’avèrent   être   des   lampadaires   au   milieu   de   nulle   part.   Récurrentes   et cruelles   déceptions.   Malgré   tout,   l’accueil   de   la   population   vous   remonte   bien   le   moral. Dans   le   challenge   à   l’accueil   qui   met   aux   prises   le   tenant   historique   du   titre   (Villaines)   et   le jeune   challenger   (Loudéac),   je   serais   tenté   de   miser   une   partie   de   ma   future   médiocre retraite    sur    la    petite    qui    monte.    Bon,    tout    ceci    n’est    bien    sûr    qu’une    perception    toute personnelle. Il   est   minuit,   Je   me   prépare   à   passer   la   nuit,   un   peu    inquiet tout   de   même.   Comme   prévu,   le   sommeil   ne   tarde   pas   à   me tomber   dessus.   Je   ne   cherche   pas   à   lutter,   et   avise   à   la Trinité-Porhoët   un   abribus   doté   d’un   banc,   bien   orienté   par rapport   au   vent.   Ce   sera   donc   une   bonne   demi-heure   de sommeil   empapillotté   dans   la   couverture   de   survie.   La   nuit n’est   pas   trop   froide,   le   départ   s’opère   donc   sans   séance   de claquage     de     dents     irrépressible.     Contrôle     secret     une quinzaine   de   kilomètres   plus   loin,   à   Illifaut.   Je   ne   vois   pas comment   résister   aux   tapis   de   mousse   disposés   tout   autour de   la   salle.   Normalement,   je   devrais   m’endormir   en   quinze secondes,    comme    il    y    a    du    bruit    ça    m'    en    prendra    bien quarante.   Le   réveil   sonne   au   bout   de   ¾   d’heure,   je   sens   que j’ai   eu   assez   de   sommeil   pour   cette   nuit.   Le   jour   ne   va   pas tarder,   les   feux   du   pylône   de   Bécherel   témoignent   de   la   fin toute   proche   de   l’étape.   Cà   et   là,   deux   spectateurs   sortis   de nulle     part,     en     pleine     nuit,     et     en     pleine     campagne applaudissent   tous   les   participants   (non   pas   à   tout   rompre,   il   y   a   quand   même   l’usure).   Mais que   cela   est   émouvant   !   Pour   applaudir   toute   une   nuit   des   petits   groupes   qui   passent   toutes les 10 minutes, il faut aussi une solide dose de motivation et de courage. Grand    moment    à   Tinténiac.    Je    m’offre    une    douche.    Bien    chaude,    avec    du    savon,    un moment   grandiose.   Elle   coûtait   4   euros,   j’aurais   été   d’humeur   à   en   donner   beaucoup   plus. Par-dessus   tout   çà   le   jour   étant   venu,   c’est   un   cyclo   nouveau   et   raisonnablement   frais   qui prend   le   départ   pour   l’étape   de   transition   Tinténiac-Fougères. A   Fougères,   je   reçois   un   SMS gentil   de   mon   plus   jeune   fils   :   «   Déjà   900   km,   bravo   à   toi   O!   Etrangleur   de   Chaville   !   »   Je   ne m’interroge   pas   longtemps   sur   l’origine   de   cet   affectueux   surnom.   J’ai   dit   à   qui   voulait   bien l’entendre   que   lorsqu’   un   béotien   me   demandait   si   mon   vélo   était   pour   un   handicapé,   je répondais   invariablement   «   oui,   mais   pour   handicapé   mental   profond.   Vous   savez,   on m’appelle   l’étrangleur   de   Chaville   ».   En   fait,   je   brouille   un   peu   les   pistes,   par   prudence   : j’habite Viroflay. Je   subodore   que   l’étape   Fougères-Villaines   se   passera   bien.   D’abord   parce   que   Villaines, c’est   vraiment   le   début   de   la   fin,   même   s’il   y   a   encore   du   boulot   derrière. A   la   Tanière,   haut- lieu   des   frasques   de   jeunesse   de   Jean-Pierre   qui   se   reconnaîtra,   un   groupe   de   cyclos   est arrêté   autour   d’une   restauration   sauvage.   Habituellement,   mon   capital-temps   étant   ce   qu’il est   et   ma   vitesse   ce   que   je   savons   (et   pas   seulement   de   Marseille),   je   passe   mon   chemin.     «   Vous   voulez   un   café   ?   »   Je   sors   mon   «   non   merci,   c’est   gentil   »   canonique,   mais   en l’espèce   déjà      pas   très   convaincu   parce   qu’en   fait   je   m’arrêterais   bien.   «   Ou   bien   une   crêpe ?   »   En   entendant   le   mot   «   crêpe   »,   Je   bloque   d’enthousiasme   les   deux   roues   du   VK2.   Va donc pour deux crêpes offertes par des bénévoles. L’après-midi   s’avance   et   avec   lui   cette   impression   d’être   de   plus   en   plus   en   terrain   connu, un   petit   mais   réel   avantage   dont   bénéficient   les   régionaux   de   l’étape.   Je   m’interroge   une fois   encore   sur   le   choix   de   l’itinéraire   pour   rejoindre   Villaines   :   pourquoi   gravir   l’interminable côte   de   Hardanges,   culminant   à   285   m,   alors   qu’il   y   a   des   tracés   paraissant   plus   directs   ? Question de vieux, parce qu'à trente ans, on ne se rend même pas compte que ça monte. Villaines,   enfin,   et   son   incroyable   accueil.   Un   repas   Madeleinedeproustien   dans   mon   grand hall   moche   préféré,   et   il   faut   que   je   m’occupe   de   mes   pieds   parce   qu’ils   le   valent   bien. Finalement,   jeter   aux   orties   une   paire   de   semelles   qui   devenaient   de   trop   (mais   qui   m’ont sûrement   évité   des   ampoules)   se   révèlera   bénéfique.   Un   coup   de   pommade   par-dessus,   et je   n’   entendrai   plus   parler   de   rien   jusqu’à   la   fin.   On   récupère   au   contrôle   la   petite   torche   à led   promotionnelle   (tiens,   ils   auraient   dû   les   distribuer   à   l’aller,   ça   m’aurait   rendu   service)   et c’est   reparti.   L’étape   est   plutôt   roulante,   au   point   d’avoir   le   plaisir   de   lire   sur   un   panneau   « Mortagne    24    »,alors    que    j’attendais    32-33.    A    Mamers,    le    club    local    a    organisé    un ravitaillement   pour   ses   membres   participants.   J’ai   un   peu   faim,   alors   mine   de   rien   je   me sers   en   prenant   cet   air   faussement   dégagé   et   petit-picoreur   du   pique-assiette   qui   a   trente ans   de   cocktails   professionnels   derrière   lui.   En   tous   cas,   j’apprécie   et   je   le   fais   savoir. L’arrivée   sur   Mortagne   est   un   peu   interminable   avec   sa   côte   finale   mal   bigornée,   mais   enfin nous   y   voilà.   Claire   arrive   juste   derrière,   mais   elle   a   quatre   heures   de   délai   en   plus.   Je   lui souhaite   un   bon   dodo,   moi   il   faut   que   j’y   aille.   Je   voudrais   acheter   un   sandwich   au   jambon. Plus.   Ce   sera   donc   merguez,   sauf   que   qu’un   sandwich   aux   merguez   ça   ne   se   mange   pas froid.   Je   l’attaque   donc   incontinent.   A   mi-sandwich,   j’ai   le   pressentiment   d’une   catastrophe qui   pour   être   à   venir   n’en   paraît   pas   moins   imminente.   Je   jette   la   seconde   moitié,   et   je   noie la   première   avec   un   bidon   de   Renutryl,   tel   un   pompier   avec   son   extincteur.   Je   me   demande de   quoi   peuvent   avoir   l’air   des   bouts   merguez   flottant   sur   un   océan   de   Renutryl,   en   tout   cas l’essentiel   est   qu’ils   ne   touchent   pas   les   bords   (Amis   poètes,   bonsoir.   Bon,   on   a   quelques excuses   après   1040   kms).   Finalement   tout   se   passera   bien.   C’est   ma   quatrième   nuit,   je   n’ai pour   ainsi   dire   pas   dormi   la   troisième,   je   sais   donc   que   je   n’irai   pas   bien   loin.   C’est   à   Longny au   Perche   que   je   trouve   un   local   à   distributeur   de   billets   du   Crédit Agricole.   Un   jour,   j’écrirai une   Ode   au   Crédit Agricole   tout   comme   j’ai   écrit   dans   ma   jeunesse   et   dans   les   circonstanes appropriées   une   immortelle   Ode   à   Margnat   (ou   bien   à   Kiravi   ou   Préfontaines,   je   ne   sais plus).   Dans   l’instant,   je   me   munis   de   ma   carte   bleue   que   je   garde   à   la   main   même   pendant mon   sommeil,   pour   faire   croire   aux   forces   de   l’ordre   qui   éventuellement   rappliqueraient   que je   voulais   juste   faire   un   retrait,   mais   que   je   me   suis   malencontreusement   endormi   le   temps de   faire   les   trois   pas   qui   séparent   l’entrée   du   sas   du   distributeur.   Je   me   réveille   au   bout d’une   heure   et   demie,   quelques   minutes   avant   que   le   réveil   sonne.   Il   y   a   du   monde   qui passe   à   cette   heure-là.   C’est   bien.   Non   que   ça   vous   fasse   vous   sentir   mieux,   mais   c’est quand   même   un   peu   réconfortant   de   rouler   avec   des   gens   qui   vont   au   moins   aussi   mal   que soi.   Sur   ces   pensées   peu   charitables,   (mais   que   celui   qui   ne   les   a   jamais   eues   me   jette   le premier   bidon   de   maltodextrine),   arrivent   le   jour   et   la   plaine   de   Dreux.   Une   absence,   et   le VK2   embarde   à   droite.   Je   crois   approprié   de   ne   pas   essayer   de   rectifier   la   trajectoire,   et termine   deux   mètres   en   contrebas   du   talus   herbeux.   Un   anglo-saxon   qui   me   suivait   me demande   environ   vingt-sept   fois   « Are   you   OK   ?   »,   je   réponds   autant   de   de   fois   «OK,   nice, marvellous,   fine,   wonderful,   fantastic…..   »   Je   ne   connais   pas   l’arrivée   sur   Dreux,   une nouveauté   de   l’édition   2007.   Elle   me   paraît   interminable.   Et   elle   est   juste   assez   fléchée   pour qu’on   ne   se   perde   pas,   mais   pas   assez   pour   qu’on   soit   bien   convaincu   qu’on   n’est   pas perdu.   Un   peu   angoissant.   Finalement,   telle   l’épave   du   Titanic   apparaissant   sur   les   écrans sonar   du   «   Knorr   »   en   1985,   le   centre   sportif   se   dévoile   à   nos   yeux.   Là,   ce   sera   du   rapide parce   qu’il   commence   à   y   avoir   le   feu.   Je   ne   connais   pas   précisément   le   kilométrage restant,   mais   il   me   reste   moins   de   cinq   heures.   Ça   devrait   passer,   mais   il   vaut   mieux   garder de   la   marge   pour   faire   face   à   un   éventuel   incident   technique.   Ce   sera   donc   pointage   et   café, dix   minutes   en   tout.   Un   coup   d’œil   au   passage   à   la   masse   des   cyclos   endormis   sur   les tables   et   les   chaises   dans   les   positions   les   plus   invraisemblables   :   on   se   croirait   dans   un hôpital de campagne au soir de la sanglante boucherie d’Eylau ! Le   reste   est   un   grand   classique.   Boutigny,   Bourdonné,   cinq   minutes   de   micro-sieste   sur   la couverture   de   survie   pour   ne   pas   prendre   de   risques   déraisonnables.   Un   salut   à   Papy Volant   dans   la   côte   de   Gambaiseul   ,   Montfort   l’Amaury…J’ai   quand   même   l’impression   de plus   en   plus   nette   que   le   cadre   penche   à   gauche.   Parce   que   le   guidon   s’éloigne   de   plus   en plus   de   l’axe   du   vélo.   Et   je   pars   à   droite   de   manière   incontrôlée   lorsque   je   descends   de vélo,   tel   un   vieux   pochetron.   « T’as   l’air   bancal   »   me   diront   affectueusement   mes   copains   de club.   A   la   maison,   je   constaterai   une   inclinaison   des   épaules   de   15   bons   degrés.      Ne pouvant   suspecter   la   géométrie   du   cadre,   j’ai   mis   un   moment   à   comprendre   qu’en   vélo couché   le   dos   n’étant   maintenu   ni   par   la   position   debout,   ni   par   l’appui   sur   les   bras,   il   peut librement   s’adonner   à   ses   mauvais   penchants.   J’ai   craint   un   moment   devoir   passer   le   reste de   ma   vie   sur   un   pied   tel   un   flamant   rose,   mais   finalement   tout   est   revenu   à   la   normale, c'est-à-dire   mal   foutu   à   peu   près   compensé.   Je   vais   publier   dans   une   revue   médicale.   Il   y   a un   créneau   à   prendre   :   la   réalisation   de   cadres   de   vélo   couché   orthopédiques.   On   va   y réfléchir.   En   attendant,   Je   lève   le   pied   (c'est-à-dire   que   de   20   je   rétrograde   à   18)   dans   la ville   nouvelle.   J'arrive   au   rond-point   des   Saules,   terme   de   la   randonnée,   en   89h38,   pour   un délai   max   de   90   heures.   Quelques   messages   de   félicitations,   centrés   sur   "mon   excellente gestion   du   temps...".   Ecce   homo,   sic   transit   gloria   mundi .   Il   y   a   vingt   ans,   on   me   félicitait "pour   mon   excellent   temps".   Il   y   a   un   petit   mot   qui   change   tout!   Je   m'aperçois   non   sans nostalgie   que   la   petite   planchette   grâce   à   laquelle   on   pouvait   à   l'arrivée   sauter   la   bordure   du trottoir   en   visant   bien   et   en   se   cassant   quand   même   la   figure   une   fois   sur   trois,   a   été remplacée    par    un    vaste    plan    incliné,    dont    j’irais    jusqu’à    subodorer    qu’il    est    bourré d’hydraulique   et   d’électronique.   Tout   fout   le   camp.   Claire   arrive   peu   après,   ainsi   que   Pierre, avec   lequel   nous   nous   interrogeons   doctement   sur   le   problème   suivant   :   oui,   nous   avons bien discuté ensemble sur le parcours, mais où? Problème à ce jour non tranché. En   conclusion,   suis-je   content   d’avoir   fini   ce   8e   PBP   ?   Je   dirais   d'abord   que   ce   n'est   pas   à moi   à   être   content,   mais   au   vélo.   J'entretiens   en   effet   des   relations   froides   et   distantes   avec mes   vélos,   jusqu'à   ce   qu'ils   aient   été   en   quelque   sorte   "baptisés"   à   l'occasion   d'un   Paris- Brest-Paris   successful.   Celui-ci   marque   donc   l'amorce   de   relations   apaisées   et   confiantes, gages   de   cassage   de   gueule   moins   fréquents.   Et   puis   disons   aussi   que   je   suis   moins content   d'avoir   réussi   que   de   ne   pas   avoir   échoué,   tant   il   est   vrai   qu’une   vérité   ne   sonne   pas de   la   même   manière   suivant   qu’elle   est   ou   non   passée   par   le   purgatoire   de   la   double négation, pour employer une formule dont je regrette de ne pas être l’auteur. Patrice Micolon