Mauvaizesprit
         Pour   ce   week-end   du   1er      mai,   rendez-vous   était   pris   à   10   heures   à   la   gare   de   Bercy. Au   programme   :   trois   jours   de   cyclo-camping   dans   l'Auxerrois,   le   Morvan   et   l'Avallonais. Claire   avait   certes   prévu   des   étapes   (démentielles)   de   75   à   80   kilomètres   par   jour,   qui paraissaient   de   nature   à   nous   imposer   de   réduire   à moins   de   deux   heures   des   arrêts   de   midi,   et   une arrivée   aux   campings   pratiquement   à   la   lumière   des torches,   à   passé   cinq   heures   de   l'après-midi.   Le   pari fut   néanmoins   pris   par   Jean-Pierre,   Patrice,   Stéphan et   Claire,   qui   ont   eu   l'habileté   d'occuper   d'entrée   tous les   crochets   à   vélo   de   la   rame,   laissant   aux   autres promeneurs   à   vélo   arrivés   plus   tardivement   le   soin   de poser   leur   engin   dans   les   couloirs,   donc   de   gérer   les conflits   avec   les   autres   usagers.   A   noter   que   Patrice, à    rebours    de    tous    ses    principes,    avait    fait    l'effort d'arrimer   ses   bagages   d’une   manière   qui,   à   défaut d’être    visuellement    harmonieuse,    garantissait    du   moins   qu'un   duvet   ou   une   gamelle   ne   risque   pas   à tout       moment       de       tomber       ou       d'exhiber disgracieusement    ses    entrailles.    Claire    et    une jeune   cyclotouriste   de   rencontre   nous   ont   aidé   à passer   le   temps   en   échangeant   leurs   souvenirs   de voyages   cyclistes   au   Québec,   ce   qui   nous   amena tout    naturellement    à    Laroche    Migennes,    célèbre dans    les    années    50    parce    que    c'est    là    que    la traction   électrique   devenait   traction   à   vapeur.   Sur cette      intéressante      note      culturelle,      il      n'est malheureusement    pas    possible    de    passer    sous silence   ce   qui   fut   appelé   au   fil   des   jours   "   l'Affaire   des   escaliers   de   Laroche   Migennes   ", puis   "   l'Affaire   de   Laroche-Migennes   ",   et   finalement   "   le   scandale   de   Laroche   Migennes ".   Il   y   avait   dans   cette   gare,   choisie   par   Claire,   rappelons   le,   plus   d'escaliers   à   monter   et à   descendre   que   lors   des   deux   trajets   Maule-Bercy   et   Viroflay-Bercy   réunis   de   Jean- Pierre   et   Patrice,   d'où   les   nombreuses   et   légitimes   protestations   de   ceux-ci,   qui   ne   se sont   atténuées   que   lorsque   ont   été   prononcées   ces   paroles   pleines   de   sagesse   :   "   A ceux    qui    ont    beaucoup    péché,    il    sera    beaucoup    pardonné    ".    Mais    l'affaire    ne    fut considérée   comme   complètement   close   que   lorsque   qu'au   retour   Claire   transporta   sur son dos et en quatre fois les quatre vélos avec leur chargement dans lesdits escaliers. Vendredi Nous   prenons   donc   la   route   en   direction   du   sud,   avec   le   soleil   et   le   vent   portant.   C'est bientôt   l'heure   de   s'arrêter   pour   déjeuner,   d'abord   parce   que   c'est   l'une   des   choses   les plus   intéressantes   à   faire   en   cyclo-camping,   ensuite   parce   qu'il   se   fait   tard.   Le   lieu choisi   est   Moneteau,   au   bord   de   l'Yonne,   une   aire   de   pique-nique   avec   des   tables. Merci   au   passage   pour   les   quinquas.   Claire   et   Stéphan   impressionnent   ceux-ci   par   leur science   du   camping,   et   la   richesse   de   leur   équipement.   On   ne   peut   s'empêcher   de penser   que   s'ils   ne   préparent   pas   un   soufflé   aux asperges,   ce   n'est   pas   un   problème   de   matériel, mais   uniquement   de   temps.   En   tous   cas,   quand on   a   eu   une   de   leurs   salades   sous   les   yeux,   on se    jure    bien    de    ne    plus    s'approcher    d'une sandwicherie à moins de trois cent mètres. C'est    ensuite    l'heure    du    concert    de    ballades irlandaises   en   plein   air   que   donnent   Claire   au violon    et    Stéphan    à    l'accordéon,    pour    le    plus grand   plaisir   du   public   présent,   à   commencer   par leurs   collègues   de   randonnée.   Nous   reprenons   la route,     toujours     poussés     par     le     vent,     à     la recherche    d'un    café    et    donc    d'un    bistrot,    une quête   à   laquelle   l'organisatrice   ne   s’est   pas   opposée   en   dépit   de   son   statut   qui   lui   en donnait   le   droit.   Elle   a   dû   confusément   comprendre   que   sur   ce   point   précis,   Jean-Pierre et   Patrice   seraient   absolument   intraitables.   Pause   à Auxerre,   donc,   puis   continuation   de la   descente   vers   Vézelay   par   les   routes   bordées   de   vert   qui   longent   l'Yonne,   en   passant par   les   rochers   d'Aussois.   Brève   pause   à Asnières   sous   bois   où   Claire   salue   un   ami,   en plein   travaux   d'aménagement   d'une   grange.   Vaste   programme   !   Nous   atteignons   enfin Vézelay   par   une   route   tout-à-fait   ascencionnable.   Nous   ne   montons   pas   à   la   basilique, mais   seulement   au   premier   bistrot   à   pointage.   Il   y   a   en   effet   des   moments   où   une bonne    bière    peut    avantageusement    se    voir    mise    en    balance    avec    les    éternels tourments de l'enfer. Ce   sont   ensuite   les   cinq   kilomètres   de   descente   jusqu'à   Asquins,   et   son   camping   au bord   de   l'Armançon.   Irréprochable   à   tous   point   de   vue   :   cadre   agréable,   douches chaudes,    bacs    à    vaisselle    surabondants,    papier    dans    les    W.C.    Les    tentes    sont montées,   Patrice   est   heureux   de   constater   que   sa   tente   jamais   déballée   a   bien   tous   ses piquets    et    ses    sardines.    Le    concours    de    montage    ne    fait    pas    apparaître    de    net vainqueur,   ce   jour   pas   plus   que   les   autres.   Ce   groupe   est   décidemment   très   homogène, et   pas   seulement   sur   la   route.   Repas   réparateur   et   convivial   comme   il   se   doit,   et   tout   le monde   se   retire   sous   sa   tente,   laquelle   pour   les   ronfleurs   supposés   et   accessoirement consommateurs   de   cassoulet   a   été   positionnée   adéquatement   c’est-à-dire   un   peu   à l’écart. Samedi Le   lendemain   matin,   il   fait   peu   de   degrés   au   dessus   de   zéro,   ce   qui   nous   fait   toucher   du doigt   une   des   noires   réalités   du   camping   :   la   préparation   du   petit   déjeuner   par   un   matin glacial,   debout   parce   que   l'herbe   est   trempée.   Patrice,   sous   le   fallacieux   triple   prétexte d'avoir   oublié   sa   timbale,   son   café,   et   de   prétendre   ramener   les   pains   au   chocolat,   se dirige   vers   le   village   pour   y   méditer   sur   la   grandeur   de   la   Providence,   qui   a   voulu   dans son   immense   mansuétude   qu'il   y   ait   des   bistrots   chauffés   où   on   peut   prendre   son   petit déjeuner assis et lire le journal, devant un café et des croissants chauds. Le   départ   s'effectue   comme   programmé   à   9   heures, le   brouillard   se   lève,   nous   prenons   la   route   du   sud, portés   comme   la   veille   par   un   bon   vent   dans   le   dos. L'objectif    de    la    matinée    est    Lormes    (BPF),    arrêt ravitaillement   et   pause   gâteau   ("   cake   stop   ").   Le gâteau   est   en   l'occurrence   des   crêpes   arrosées   de miel   d'acacia.   On   dit   "   arrosées   "   parce   que   le   miel est   ultra-liquide,   qu'il   se   faufile   dans   les   replis   de   la crêpe   plus   insidieusement   qu'une   barrette   de   shit dans     une     barre     d'HLM,     et     qu'il     rejoint     tout naturellement   et   sans   qu'il   y   ait   le   moindre   effort   à faire   son   débouché   naturel   :   le   maillot   des   uns   et   le cuissard des autres. Au    marché    artisanal    local,    patrice    essaie    vainement    de    négocier    l'acquisition    d'un godet,   gobelet,   verre,   mug,   tasse,   ou   ce   qu'on   voudra.   Sans   succès.   Passe   encore   sur la   nécessité   d'acheter   six   tasses   pour   ne   pas   les   dépareiller,   mais   la   cafetière   en   plus, c'est vraiment trop. Le   relief   se   creuse,   les   paysages   sont   maintenant   typiquement   morvandiaux   et   nous montons   tout   en   douceur   jusqu'à   une   altitude   de   600   mètres.   Se   succèdent   montées, descentes,   larges   perspectives   et   superbes   aperçus   sur   des   petits   lacs.   C'est   le   village de   Marigny   l'église   qui   accueille   nos   cyclos   pour   la   pause   de   midi.   Jean-pierre   avait comme   à   l'accoutumée   approvisionné   le   groupe   en   Bordeaux.   Un   membre   du   groupe dont   il   y   a   lieu   de   taire   le   nom   parce   qu'on   ne   peut   pas   balancer   à   tout   bout   de   champ déguste   son   excellent   steak   tartare,   sous   le   regard   mi-chèvre   mi-raisin   et   pour   tout   dire vaguement   dégoûté   des   trois   autres.   Claire   et   Stéphan   improvisent   un   concert,   tandis que   les   deux   autres   membres   du   groupe   vont   au   bistrot   prendre   un   café   et   recevoir   les félicitations du public pour leur chance d'avoir de si agréables compagnons de voyage. Les   kilomètres   dans   l'après-midi   s'enchaînent,   les   paysages   s'aplanissent,   et   nous atteignons   Montréal,   BPF   de   l'Yonne,   sa   collégiale   et   son   débitant   de   bière.   Quelques kilomètres   encore   et   nous   voici   à   l'Isle   sur   Serein,   terme   de   la   journée.   Le   terrain   de camping   est   une   fois   de   plus   d'un   très   grand   confort   (douches   chaudes,   papier   WC...), son   responsable   nous   fait   partager   son   amour   de   la   région   (et   plus   généralement   de   la France),   les   tentes   sont   harmonieusement   disposées   (en   tenant   compte   de   ce   que   les deux   mangeurs   de   cassoulet   d'hier   sont   les   mangeurs   de   sauté   de   veau   aux   flageolets de   ce   soir),   les   moustiques   se   déchaînent   bien   quelque   peu   pendant   le   repas,   mais n'entament   pas   la   sérénité   du   groupe.   Chacun   se   souhaite   bonne   nuit   et   se   retire   dans ses appartements. Dimanche Ce   dimanche   3   mai   à   l'aube,   il   fait   encore   plus   froid   que   la   veille.   Mais   nos   cyclos s'endurcissent.    Démontage    express,    papotage    avec    le    responsable    du    camping, courses en partant car on ne sait pas de quoi midi  sera fait. Nous   longeons   le   Serein   jusqu'à   Noyers,   où,   selon un    rite    maintenant    établi,    Jean-Pierre    et    Patrice s'attablent   au   bistrot   tandis   que   Claire   et   Stéphan   se taillent   un   franc   succès   musical   auprès   des   touristes et    gens    du    cru.    Moins    d'une    heure    après,    nous sommes    repartis    en    direction    de    Châblis    dont    la principale    production    n'est    nullement    issue    d'un mélange   de   raisin   et   de   soja,   n'en   déplaise   à   certain dont   nous   tairons   pudiquement   le   nom   pour   ne   pas ruiner   sa   réputation.   Auparavant,   nous   avions   pique- niqué   dans   un   bucolique   environnement   à   dominante aquatique,   avec   tout   ce   qu'il   faut,   c'est-à-dire   bras   de   rivière,   île,   cascade,   pont   de pierre,   tables,   bancs   et   pelouse   pour   faire   sécher   les   tentes.   Une   fois   de   plus,   Claire   et Stephan   ont   paru   repousser   les   frontières   de   l'impossible   en   matière   de   créativité saladique. Le   début   de   l'après-midi   est   dominé   par   la   recherche   éperdue   d'un   bistrot   pour   le   café, en   vain.   C'est   alors   que   Stéphan   rappelle   au   groupe   qu'il   n'est   nullement   démuni   en matière   de   godets,   de   café   en   poudre,   de   sucre,   d'eau,   de   réchauds   et   de   petites cuillers, et qu'il suffit d'une pierre un peu plate pour préparer tout ça. Ainsi fut fait. Une   traversée   de   vide-grenier   plus   tard,   et   le   temps   pour   Stéphan   de   marchander   un appareil   photo   argentique   d'époque   fin   Auriol-début   Coty,   nous   sommes   de   retour   à Laroche Migennes pour la maintenant traditionnelle bière. Une    annulation    de    notre    train    plus    tard,    nous    nous    enfournons    dans    un    corail n'accueillant pas les vélos, en passant par le ballast pour ne pas attirer l'attention. Tout    le    monde    se    congratule    en    gare    de    Lyon    fort    content    de    son    week-end.    La première    crevaison    (Stéphan)    intervient    dans    l'enceinte    de    la    gare,    mais    étant intervenue   après   la   séparation,   on   n'en   fera   pas   donc   assumer   la   responsabilité   à Claire. Grâces    lui    soit    donc    rendues    pour    cette    remarquable    organisation,    parfaitement équilibrée   dans   les   distances,   la   variété   des   paysages   et   le   choix   des   hébergements,   et pour   le   fait   qu'elle   ait   su   commander   aux   éléments,   à   savoir   le   vent   (toujours   dans   le dos),   la   pluie   (deux   gouttes   et   demie   en   toute   fin   de   week-end   avant   qu'elle   n'y   mette bon    ordre).    Nous    n'avons    pas    osé    agir    de    sorte    qu'elle    nous    manifeste    qu'elle commande aussi à la foudre. Au plaisir d'un nouveau week-end, donc.
                 Week-end de cyclo-camping en Morvan des 1-2 et 3 mai 2009
Claire Repas au bord de l'Yonne Claire et Jean-Pierre